L’équipe Myconnaissance, composée d’Alexandre Caron, Roxanne St-Pierre et Mathieu Bouchard, a reçu des mains de Marie-Justine Deschênes, enseignante en Techniques du milieu naturel, le prix « Coup de coeur du public » et un forfait à Tadoussac comprenant une nuit en hébergement et quatre croisières aux baleines gracieusement offert par l’Hôtel Le Pionnier.

La relève en développement durable

Organiser une Fête des récoltes à Saint-Félicien, exploiter les champignons dans le kombucha et la décontamination, valoriser les légumes invendus à l’épicerie grâce à des cuisines collectives ; au-delà de la formation qu’ils reçoivent, les étudiants en Techniques du milieu naturel au Cégep de Saint-Félicien sont aussi des entrepreneurs en développement durable.

Pour célébrer les réussites des étudiants, le Cégep de Saint-Félicien a présenté récemment la 3e édition du Concours en entrepreneuriat et développement durable, devant près de 200 personnes. Durant la soirée, les finissants de la technique en milieu naturel sont venus présenter 15 projets réalisés dans le cadre du cours « Développement durable », devant un jury de cinq professionnels du domaine du développement durable et de l’entrepreneuriat, dont Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable et président d’honneur de l’événement.

« Le Cégep est un modèle au Québec, car il est rendu au stade d’inclure le développement durable dans son cursus d’enseignement », a-t-il commenté, fier de voir les projets présentés par les étudiants. « Il y a 20 ans, j’étais au cégep et on se battait pour mettre en place le compost, pour recycler le papier et rendre la cafétéria non-fumeurs. Aujourd’hui, on est rendu beaucoup plus loin et c’est l’fun de voir ça. »

Dans le cadre du concours, c’est l’équipe Croque ta région, qui a organisé une Fête des récoltes à Saint-Félicien l’automne dernier, qui a reçu le premier prix en développement durable et une bourse de 1000 dollars. Pour ce projet, les étudiants ont travaillé en partenariat avec la Chambre de commerce de Saint-Félicien pour organiser l’événement. Les 800 participants ont pu visiter les 17 kiosques de producteurs locaux, prendre part à une des sept conférences ou faire le rallye dans la forêt nourricière (un autre projet des étudiants) pendant que les enfants s’amusaient dans les jeux gonflables ou sur le vélo-smoothie.

Sauver 736 livres de fruits et légumes destinés aux vidanges, tel est le résultat de l’équipe de Cuisines collectives qui a reçu le deuxième prix et une bourse de 750 $. Pour réduire le gaspillage alimentaire et répondre à l’insécurité alimentaire des étudiants, l’équipe a travaillé avec le IGA Marché Lamontagne et fille de Saint-Félicien, pour récupérer les denrées périssables invendues. Plus de 80 personnes ont participé à l’une des cinq journées de cuisines collectives organisées pour transformer les légumes amassés pendant 15 jours ! Selon les étudiants, le concept pourrait prendre de l’ampleur, au cours des prochaines années, pour réduire davantage le gaspillage et offrir ce type de service à l’ensemble de la population, et plus particulièrement aux familles dans le besoin.

Les champignons sont de plus en plus populaires au Québec et les membres du projet Myconnaissance ont voulu explorer de nouvelles avenues de développement en offrant des ateliers de fabrication de kombucha, une boisson fermentée à base de champignon, ainsi qu’en vendant des trousses de culture de pleurotes, méritant le prix « Coup de cœur du public ». Leur projet scientifique sur la décontamination de sol imprégné de diesel leur a aussi aidé à remporter le prix « Science ». Fait à noter, les étudiants ont aussi testé une recette de jerky de pleurote, très appréciée du public (et du journaliste).

Les membres du projet Hote-Ruche, qui ont fabriqué 16 nichoirs à insectes, semé 39 m2 de plantes mellifères sur le terrain du Cégep et offert des ateliers de sensibilisation dans les écoles primaires pour lutter contre le déclin des insectes pollisateurs, ont pour leur part reçu le prix « Entrepreneuriat ».

Finalement, le jury a décerné un prix coup de cœur au projet Autoconnexion, qui visait à tisser des liens entre les non-autochtones et les Premières Nations.

Mis à part les projets primés, les étudiants ont aussi produit des capsules vidéos, mis en place une bande riveraine et des nichoirs en milieu agricole, développé un atelier d’interprétation des milieux humides, distillé des plantes de la forêt boréale et mis en place une serre sur le terrain du Cégep pour y faire de l’agriculture à l’année !

Pérennité du projet

Au-delà de présenter leurs projets au jury, les finissants voulaient aussi convaincre les étudiants de 2e année de reprendre leur projet pour l’amener plus loin. Chacune des équipes a donc présenté des pistes d’avenir pour stimuler l’intérêt de leurs collègues.

« Pour que les projets soient durables, on voulait s’assurer de leur pérennité en offrant aux étudiants d’amener encore plus loin ce que leurs collègues ont fait avant eux », a souligné Guillaume Maziade, un des professeurs du cours Développement durable, qui souhaite tisser des liens avec d’autres organismes et entreprises du secteur pour créer des retombées dans la communauté. Le message est lancé.

L’équipe Croque ta région, composée de Bernadette Canuel, Laurianne Lamontagne et Émilie Martel, a reçu le premier prix «Développement durable» et une bourse de 1 000 $ des mains de Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable et président d’honneur de l’événement.

+

LE JURY

Le jury, était composé de Nicolas Gagnon, directeur général du Centre québécois de développement durable et président d’honneur de l’événement, Louis Bouchard, géomorphologue chez Environnement CA, Mélanie Girard, coordonnatrice de la Chambre de commerce et d’industrie de Roberval, Marlène Gaudreault, écoconseillère diplômée et coordonnatrice à l’assurance qualité chez Bleuet Nordic et Marc Renaud, enseignant en sciences au Cégep de Saint-Félicien.