Après la crue du printemps, le niveau de la rivière Petite-Décharge au centre-ville d'Alma demeure particulièrement bas pendant la saison estivale.

La réfection des berges changera la donne

L'eau ne coule pas à flots dans la rivière Petite-Décharge au centre-ville d'Alma durant la saison estivale. Mais qu'à cela ne tienne. Le vaste projet de réaménagements des berges, évalués à quelque sept millions$, permettra de mieux retenir l'eau. Et d'ici quelques années, des gens pourraient même débarquer en kayak en plein centre-ville almatois, rêve le maire d'Alma.
«En effet, lorsque le coup d'eau est passé, et là, on en a eu tout un cette année, la rivière devient comme ça. On voit les roches au fond. Cette situation résulte de travaux qui ont été réalisés dans le passé. On n'a jamais compris pourquoi on avait fait faire des cascades avec des portes. Et le bois a pourri avec le temps et les portes laissent échapper l'eau», explique le maire Marc Asselin.
Dans le projet de revitalisation de la rivière, qui prévoit la renaturalisation des rives, l'ajout d'une île pour remplacer la fontaine et le remplacement de la passerelle piétonnière par un pont en aluminium, de nouvelles infrastructures seront aménagées pour permettre de mieux retenir l'eau.
«Les fameuses cascades vont être refaites, mais sans portes. L'eau va donc rester sur la rivière. On va également réduire la largeur en mettant de la végétation sur les rives et ajouter une île. On ne devrait plus voir les roches au fond comme on le voit en ce moment. On projette même, et ça reste à confirmer, la pratique de kayak ou de canot durant l'été", laisse tomber le maire d'Alma.
Deux contrats à Roche
Le groupe-conseil Roche décroche deux nouveaux contrats en lien avec le réaménagement des berges de la rivière Petite-Décharge, au centre-ville d'Alma. En mai dernier, la ville avait accordé un mandat de 200 000$ à la firme pour qu'elle réalise les plans et devis pour ce projet d'ici janvier 2015.
Les deux nouveaux contrats concernent le soutien technique dans la conception de la nouvelle passerelle en aluminium qui remplacera le pont piétonnier actuel, la réalisation de relevés d'arpentage et la préparation du document d'appel d'offres pour une étude géothermique. La ville a autorisé le versement d'un montant totalisant près de 30 000$ pour ces deux contrats.
Ces mandats se sont ajoutés en raison de la complexité du dossier et par le manque d'effectifs au Service des travaux publics d'Alma pour réaliser les relevés.
Roche assistera donc le CEE-UQAC qui participe à l'élaboration de la passerelle en aluminium. «Ils (la firme) ont l'expertise pour les ponts. Ça prenait des connaissances particulières», explique le maire, justifiant l'ajout de ce contrat d'assistance technique.
Quant aux relevés d'arpentage, qui devaient être réalisés par des employés municipaux, un manque d'effectifs a obligé la ville à donner le travail au groupe-conseil Roche.
Llevesque@lequotidien.com