La promenade Sainte-Monique de la Véloroute des Bleuets est fermée à la circulation depuis trois étés.

La promenade Sainte-Monique de la Véloroute des Bleuets encore fermée

Des résidants de Sainte-Monique-de-Honfleur, au Lac-Saint-Jean, dénoncent le piteux état de la promenade Sainte-Monique de la Véloroute des Bleuets qui traverse son territoire. La construction de bois, qui longe la rivière Péribonka, est interdite à la circulation pour un troisième été consécutif.

Des évaluations de la teneur des travaux à réaliser faites en 2018 font état d’une facture allant de 700 000 $ à 1,2 million $. La réalisation d’un nouveau tracé ailleurs dans la municipalité a même été envisagée.

« C’est l’un des plus beaux points de la Véloroute. La passerelle, ils la laissent aller. Le problème ne devrait pas être difficile à régler », a confié au Progrès l’un des résidants du secteur qui se questionne quant à l’abandon « d’une si belle construction ».

« On trouve ça désolant. C’est un joyau de notre village. Les gens passaient par là en disant à quel point c’était beau », ajoute un autre voisin du coin, Jocelyn Lindsay. Celui-ci est d’avis que le fait de démolir la passerelle de bois serait « une pure folie ».

Depuis l’été 2017

Ce tronçon de la Véloroute des Bleuets a été fermé à l’été 2017 à la recommandation d’une firme d’ingénieurs. Des problèmes aux structures avaient notamment été dénotés.

Par ailleurs, ce ne sont pas tous les citoyens qui respectent l’interdiction de circuler dans ce secteur. La clôture qui annonce la fermeture du tronçon est contournée presque quotidiennement. « Les cyclistes et les petites familles passent quand même. Ça peut basculer n’importe quand. Un jour, il va arriver quelque chose. Ils ont une responsabilité civile ; l’affichage ne suffit pas », met en garde un citoyen.

Le manque d’entretien et les bris observables sont également critiqués par les voisins. L’éclairage a été abandonné, il y a un bon moment.

Après trois années à regarder la passerelle se dégrader, les résidants du secteur espèrent que les choses bougent une fois pour toutes et qu’une décision soit prise quant à l’avenir de la construction. Ceux-ci rappellent qu’il n’y a pas si longtemps, la passerelle était au coeur de la publicité de la Véloroute des Bleuets.

La fermeture de ce tronçon n’a pas seulement un impact sur les cyclistes qui l’empruntent. Le secteur était quotidiennement visité par des résidants de la municipalité.

Le conseil municipal de Sainte-Monique-de-Honfleur aimerait, lui aussi, que les travaux requis soient réalisés. « La Véloroute a fait des études qui amèneraient des réparations de près d’un million de dollars. On ne peut pas prendre cela en charge seuls. Si la facture avait été moindre, on aurait peut-être pu y participer. On n’a pas les sous pour cela. On vient d’investir sur le centre communautaire et la patinoire », a commenté le maire de la localité, Mario Desbiens. Celui-ci se désole devant cet attrait touristique qui se retrouve hors d’usage.

M. Desbiens ne s’en cache pas, autant lui que les autres élus et la population de Sainte-Monique-de-Honfleur préféreraient que la passerelle soit fonctionnelle. Il assure suivre de près le dossier.

Le président de la Véloroute des Bleuets, Michel Chiasson, rappelle que la sécurité des cyclistes est le principe de base de l’organisme. « La corporation n’est pas en mesure de faire les travaux seule. On travaille toujours en collaboration avec des partenaires du milieu », a-t-il répondu, lorsqu’invité à commenter le dossier.

Celui-ci assure que les démarches sont en cours et que la corporation y travaille depuis trois ans.

M. Chiasson a confirmé que l’option de réparer la passerelle n’est toujours pas écartée.