Le cinéaste Jimmy Larouche

La prémonition de Jimmy Larouche

Pour le cinéaste originaire d'Alma, Jimmy Larouche, la réalité dépasse la fiction cet automne avec ce mouvement qui pousse des Québécois à voter le visage voilé dans le contexte de l'élection fédérale.
«Il y a sept ans, j'ai réalisé un court métrage de sept minutes intitulé Ninjelection qui raconte l'histoire d'un ninja qui décide d'aller voter avec sa cagoule. J'étais loin de me douter que sept ans plus tard, mon clin d'oeil humoristique en réaction à la Commission Bouchard-Taylor se retrouverait au coeur de l'actualité», constate le réalisateur.
Jimmy Larouche ne reproduirait pas ce film dans le contexte d'aujourd'hui.
«À l'époque, je voulais rire de la situation en filmant un ninja avec son costume de combattant et son visage caché qui se présente au bureau de vote. Là je trouve vraiment ça ridicule que ça devienne un enjeu électoral. Ça me fait peur de voir qu'une ''joke''de cinéma devienne la réalité», fait valoir le cinéaste qui voit de l'ignorance dans ce genre de situation.
Le film Ninjelection a été le dernier court métrage de Jimmy Larouche avant son film La cicatrice. «Je voulais faire de l'humour en me demandant jusqu'où je pouvais aller pour rire de ça. J'ai poussé le ridicule au maximum et voilà qu'on y est aujourd'hui», se désole le réalisateur.
Le court métrage de sept minutes met en situation un combattant ninja qui montre ses pièces d'identité avec photos sur lesquelles il figure avec son voile. La dame du bureau de scrutin lui demande d'enlever son voile et il lui explique qu'il est un ninja et que le voile d'un ninja, ça ne s'enlève pas. Évidemment ça dérape, les agents de sécurité s'en mêlent et l'histoire se retrouve au téléjournal.
Le court métrage de Jimmy Larouche ressemble étrangement à ce qui se passe aujourd'hui. Un visionnement à l'adresse https://www.youtube.com/watch? v=-MQc2kwJ5xE risque de vous faire rire jaune...