Joanie Gagnon, conseillère en communication, Josée Tremblay, de la mine Niobec, Gino Croft, président d'honneur, Christian Fillion, président du relais, Julie Gauthier, porte-parole et Meggie Gonthier, agente de développement pour la division régionale de la Société canadienne du cancer, ont dévoilé hier les objectifs de la douzième édition du Relais pour la vie de Saguenay qui aura lieu le 30 mai au Pavillon sportif de l'UQAC.

La porte-parole lance un message d'espoir

Julie Gauthier, porte-parole de la 12e édition du Relais pour la vie de Saguenay, connaît bien la fragilité de la vie. Il y a un peu plus d'un an et demi, son existence a complètement basculé, lorsqu'elle a reçu un diagnostic de cancer du sein et subi une double mammectomie. Le Relais pour la vie, pour elle, est l'occasion de véhiculer un message d'espoir et de persévérance aux personnes touchées de près ou de loin par le cancer.
«Je n'ai jamais pensé que j'allais mourir, souligne la femme de 45 ans qui pense bientôt pouvoir retourner à temps partiel au travail. Quand ça allait moins bien, mon grand-frère me disait d'y aller par petits pas, un jour à la fois. J'ai toujours avancé, toujours fait un pas. C'est ce que représentent les luminaires qu'on allume au relais: on suit la petite lumière qui nous amène à continuer.»
Celle qui s'implique maintenant au sein de Parcours de femme, un organisme régional de soutien pour les femmes atteintes de cancer, a accepté d'être la porte-parole de l'édition 2014 du Relais pour la vie de Saguenay pour partager cet espoir qui l'habite.
Objectif de plus de 445 000$
L'événement d'envergure, qui se tiendra cette année le vendredi 30 mai au Pavillon sportif de l'Université du Québec à Chicoutimi, rassemble chaque année quelque 3000 personnes qui marchent de 19h à 7h.
Déjà 170 équipes de 10 personnes se sont inscrites au relais 2014. La division régionale de la Société canadienne du cancer a souligné, hier matin, en conférence de presse, qu'il reste toujours de la place pour accueillir d'autres équipes (inscriptions au www.relaispourlavie.ca).
Le comité organisateur espère dépasser les 445 000$ amassés l'an dernier et vendre plus de 5000 luminaires au coût de cinq dollars chacun. En 2003, lors du premier relais, 52 000$ avaient été amassés. Le Relais pour la vie prend de l'ampleur année après année depuis.
Avancement de la recherche
Le président du comité organisateur, Christian Fillion, a souligné que l'avancement de la recherche permet maintenant à 60% des Canadiens qui reçoivent un diagnostic de cancer de survivre. Dans les années 1940, le taux de survie était d'environ 25%.
Julie Gauthier, même après avoir traversé les épreuves du cancer et de la double mammectomie, a conservé son positivisme, un trait de caractère qui semble naturel chez elle.
«Quand j'ai été opérée, les médecins ont remarqué un grain de beauté sur mon avant-bras, et la biopsie a montré que c'était un mélanome cancéreux, relate celle dont l'apparence physique ne laisse pas paraître sa récente maladie. Il a été enlevé. D'ici deux ans, le cancer se serait répandu ailleurs dans mon corps. Le cancer du sein m'a sauvé la vie, étrangement.»o