L’érosion fluviale se produit en raison du mouvement naturel du fond des rivières Péribonka et petite Péribonka. La vitesse du courant de ces rivières et le tourbillon créé, visible à la surface de l’eau, réduisent l’épaisseur de la glace au bout de la pointe Langevin.

La pointe Langevin trop dangereuse

Pour des raisons de sécurité, Dolbeau-Mistassini interdit toute activité hivernale sur l’eau à Vauvert, dans le secteur de la pointe Langevin. Un décrochement de terrain, survenu en mars 2017, dû à un problème d’érosion, a poussé Rio Tinto à réaliser des études plus poussées pour comprendre ce phénomène. Les analyses concluent que les risques pour la sécurité publique sont trop importants pour permettre la pratique d’activités, dont la raquette et la motoneige.

La municipalité de Dolbeau-Mistassini et la multinationale ont dévoilé une partie de l’étude, mardi. Selon leurs informations, l’érosion se produit en raison du mouvement naturel du fond des rivières Péribonka et petite Péribonka. La vitesse du courant de ces rivières et le tourbillon créé, visible à la surface de l’eau, réduisent l’épaisseur de la glace au bout de la pointe Langevin. 

« La situation est préoccupante pour la sécurité des usagers. Nous recommandons aux gens d’agir avec la plus grande des prudences et de respecter le périmètre tracé pour éviter tout accident », prévient le maire Pascal Cloutier. 

Aucune activité, comme la motoneige, la pêche blanche, la raquette, le ski de fond et le fat bike, ne pourra être pratiquée dans un périmètre de 325 mètres. La glace, trop mince, pourrait céder à tout moment, insiste la municipalité. Les gens ne peuvent non plus circuler sur la partie de terrain affectée par l’érosion. 

Dolbeau-Mistassini fera installer des affiches dès cette semaine dans ce secteur de Vauvert. Les autorités ont également informé les différents groupes de loisirs hivernaux. 

L’interdiction est valide pour la saison 2017-2018.