Pascal Cloutier, maire de Dolbeau-Mistassini, et Luc Gibbons, maire de Saint-Félicien.

La pénurie de main-d’oeuvre en tête de liste

Les maires de Dolbeau-Mistassini et de Saint-Félicien auront un horaire chargé à leur retour de vacances, lundi. Pascal Cloutier et Luc Gibbons ont plusieurs dossiers sur lesquels ils souhaitent plancher. Celui de la pénurie de main-d’œuvre figure en tête de liste des deux nouveaux élus.

« Dès lundi, on passe en mode réflexion. Nous voulons consulter les organismes concernés pour en venir à des solutions concrètes. Il faut également s’assurer que les gens que nous réussissons à attirer restent ici et ça passe par un accueil personnalisé », croit le maire de Saint-Félicien, Luc Gibbons. 

Toutes les pistes, comme la création d’un comité, seront envisagées. 

Luc Gibbons assure que le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, et le député fédéral de Lac-Saint-Jean, Richard Hébert, sont tous deux sensibilisés à cet enjeu.

Le maire de Dolbeau-Mistassini, Pascal Cloutier, indique quant à lui que le conseil municipal avait déjà entamé des démarches pour régler ce problème et qu’il souhaitait poursuivre dans cette direction. 

Miser sur la forêt

Pascal Cloutier, qui était président du syndicat de la papetière de Produits forestiers Résolu (PFR) avant de devenir maire, fait de la forêt une « constante priorité ». Il a d’ailleurs été choisi pour faire partie du comité sur la forêt créé par l’Union des municipalités du Québec. Une première rencontre est prévue en février.

« La forêt, c’est un domaine d’avenir en termes de développement durable et de ressources renouvelables. Il faut que le gouvernement mette cela de l’avant pour vanter les mérites de notre industrie », souligne M. Cloutier. 

« On souhaite vraiment que les ententes avec les États-Unis se règlent et qu’elles soient viables pour nous aussi, en région », ajoute Luc Gibbons. 

Gaz naturel

Le maire de Dolbeau-Mistassini souhaite par ailleurs faire pression auprès du gouvernement du Québec pour concrétiser la construction d’un réseau de production et de distribution de gaz naturel dans sa municipalité. 

« Si on veut attirer les entreprises, il faut être plus compétitifs. Le gaz naturel coûte la moitié du prix de l’hydroélectricité. Des municipalités comme Saint-Félicien et Alma sont alimentées en gaz naturel et elles ont un rude avantage sur nous », déplore Pascal Cloutier. 

Ce dernier ajoute que les écoles et l’hôpital pourraient réduire leurs factures énergétiques en utilisant le gaz naturel. 

« C’est exactement pour gérer ce genre de dossier que nous engageons un commissaire industriel », précise le maire de Dolbeau-Mistassini. L’entrée en poste de ce nouvel employé est prévue au mois de juillet, le temps que le conseil municipal détermine les tâches que cette ressource devra accomplir.