Le conseiller Luc Boivin a expliqué l'état des glaces à l'aide des cartes préparées par Hydro-Météo.

La pêche commence sans cabanes

L'ouverture, aujourd'hui, de la pêche aux poissons de fond ne coïncidera pas, cette année, avec l'embarquement des cabanes dans les secteurs de L'Anse-à-Benjamin et Grande-Baie.
Les résultats des mesures de glace effectuées par la firme Hydro-Météo dans les derniers jours ne permettent pas d'aller de l'avant. C'est pourquoi depuis hier, six engins sont à l'oeuvre sur les glaces des deux secteurs, afin de procéder au déneigement là où l'état de la glace le nécessite tandis qu'à d'autres endroits, deux pompes d'une capacité de 120 000 litres à l'heure spécialement conçues pour les ponts de glace seront à l'oeuvre.
Le conseiller Luc Boivin a dressé l'état de situation de la glace dans les deux secteurs à partir des données recueillies par la firme spécialisée. À L'Anse-à-Benjamin, les cartes produites démontrent que la couverture de glace varie entre six et neuf pouces dans certains secteurs et atteint jusqu'à 17 pouces à d'autres avec la présence d'une fracture côté est.
À L'Anse-à-Benjamin, le portrait est à peu près le même avec une grande variabilité d'épaisseur de la glace. «Les zones sécuritaires sont limitées dans les deux secteurs. Si on suit les modèles selon la température prévue, l'embarquement ne se fera pas avant deux semaines. C'est pourquoi on va aider dame nature et nous allons procéder à des opérations de déneigement», affirme M. Boivin.
À ceux qui s'interrogent à savoir pourquoi une telle opération n'a pas eu lieu, M. Boivin explique que l'enlèvement de la neige nécessite la présence de neuf pouces de glace pour l'utilisation d'engins d'un poids de 4500 livres. L'opération ne sera pas facilitée du fait la neige a durci en raison de la pluie et du redoux.
Même si la pêche aux poissons de fond est ouverte depuis minuit hier soir, les responsables invitent le public à ne pas se présenter dans les rues des sites et à y percer des trous afin de ne pas nuire aux opérations d'épaississement des glaces.
Deux niveaux d'embarquement
M. Boivin, accompagné du président d'arrondissement, François Tremblay, a déclaré que Saguenay discute avec Pêches et Océans pour que l'an prochain, deux niveaux d'embarquement puissent être autorisés. Le premier niveau d'embarquement serait établi à dix pouces d'épaisseur de glace. On y autoriserait les pêcheurs munis de petits équipements comme des tentes, VTT et cabanes légères. Le second embarquement demeurerait à douze pouces tel qu'on le connaît. «Le sport de la pêche est apprécié. Pour les vrais pêcheurs, ce n'est pas nécessaire d'avoir une cabane de 24 pieds sur trois essieux et le gros pick-up», déclare M. Boivin.
Présent à la conférence de presse, le président de l'Association du secteur Grande-Baie, Richard Lavoie, s'est dit content du travail effectué. Quant à l'idée du double embarquement, M. Lavoie croit qu'il s'agirait d'une mesure très facile à contrôler».