Les propriétaires de cabane doivent s’attendre à payer plus cher pour embarquer sur les glaces l’hiver prochain.

La pêche blanche confiée à Contact Nature

Saguenay confie la gestion des villages de pêche sur les glaces de la baie des Ha ! Ha ! à l’organisme Contact Nature Rivière-à-Mars. Les coûts d’exploitation pour les deux villages de pêche, estimés à plus de 600 000 $ l’hiver dernier, ont forcé la Ville à revoir le modèle de gestion pour ramener la facture à 400 000 $ par saison.

Saguenay, qui gérait les sites depuis 2012, demeure l’autorité compétente pour tous les aspects de sécurité, alors que le mandataire, qui était responsable uniquement de l’enregistrement des cabanes, devra maintenant s’occuper de la prévente des emplacements, du déneigement, de l’embarquement, du débarquement, des services, des activités sur les glaces pendant la saison et des communications avec les pêcheurs et les propriétaires de cabane.

« Cette décision fait suite au bilan de la dernière saison de pêche alors que les propriétaires avaient été avisés, à la dernière minute, en novembre, des nouveaux règlements concernant le poids des cabanes à pêche et des modalités d’embarquement », a fait savoir la mairesse de Saguenay, Josée Néron, lors d’une rencontre de presse organisée jeudi au pavillon du quai de croisière à La Baie.

« L’objectif est d’assurer une sécurité sur les glaces et de permettre la pérennité de l’activité, en plus de réaliser des économies importantes pour la Ville », a ajouté la mairesse, qui reconnaît que les citoyens ont à cœur cette activité familiale.

« Le mandat de Contact Nature sera basé sur l’utilisateur-payeur pour revenir à des coûts plus normaux pour la tenue de cette activité », a fait valoir le conseiller de l’arrondissement de La Baie, Martin Harvey.

Jonathan Tremblay, conseiller de l’arrondissement de Jonquière, Martin Harvey, conseiller de l’arrondissement de La Baie, la mairesse Josée Néron, Dany Tremblay et Marc-André Galbrand, respectivement président et directeur général de Contact Nature Rivière-à-Mars, ont dévoilé jeudi, au pavillon du quai de croisière, le nouveau modèle de gestion pour l’aménagement des villages de pêche blanche sur la baie des Ha! Ha!

Hausse de coûts
Les propriétaires de cabane doivent s’attendre à payer plus cher pour embarquer sur les glaces l’hiver prochain.

« Prenons l’exemple de 1000 cabanes à 100 $ par cabane, ça représente des revenus de 100 000 $ de la part des pêcheurs. L’an dernier, le déneigement des sites, à lui seul, a coûté plus de 88 000 $. Il faut ensuite ajouter l’arrosage pour épaissir les glaces, les coûts pour une firme qui vérifie l’épaisseur des glaces, les toilettes chimiques, la collecte des vidanges, la réalisation d’un pont de glace et le personnel qui travaille au poste d’accueil. Tout ça représente des coûts importants. C’est sûr que ça va coûter plus cher l’an prochain », a expliqué le président de Contact Nature Rivière-à-Mars, Dany Tremblay. Le directeur général de l’organisme mandataire, Marc-André Galbrand, a fait savoir qu’une rencontre d’information est prévue avec les propriétaires de cabane à pêche le 13 septembre pour les informer des changements proposés. « Nous sommes en train d’élaborer un budget que nous allons présenter à la Ville et nous allons faire part aux pêcheurs du nouveau modèle de gestion. Nous demeurons ouverts aux propositions et nous voulons travailler en collaboration dans l’esprit d’une gestion participative », a fait M. Galbrand.

L’organisme gère également les activités de pêche au saumon sur la rivière à Mars, le camping Jardin de mon père, le Centre plein air Bec-Scie et le site d’observation des ours noirs Okwari aventures.

Toute activité en dehors des deux villages de pêche sera sous la supervision de la Ville de Saguenay, qui continuera de tolérer des abris temporaires dans des zones considérées à risque, comme par le passé. C’est également Saguenay qui veillera à l’évacuation de tous ceux qui tenteront de pêcher là où l’accès est interdit, principalement à proximité de la voie navigable. La Ville doit se conformer aux termes de la convention avec Pêches et Océans et Transports Canada.

Les nouvelles modalités de gestion sur les glaces de La Baie n’affecteront pas le site de pêche blanche du lac Kénogami, qui demeurera au sein de l’association des pêcheurs de l’endroit qui gère les activités.

« Seul le secteur de pêche du camping du lac Kénogami sera fermé, où il y a seulement quatre ou cinq cabanes qui s’y installent depuis les deux dernières années », a indiqué le conseiller de l’arrondissement de Jonquière Jonathan Tremblay.