Richard Martel et Gérard Deltell réclament le déclenchement de l’élection partielle dans la circonscription Chicoutimi-Le Fjord.

La partielle attendue avec impatience

C’est dans un Centre Georges-Vézina fermé depuis quatre jours que les conservateurs ont pressé le déclenchement d’une élection partielle dans Chicoutimi-Le Fjord. Mardi matin, le porte-étendard du Parti conservateur du Canada, Richard Martel, a pris la parole en compagnie du député Gérard Deltell qui l’accompagne depuis quelques jours.

Sans grande surprise, Richard Martel affirme que le dossier du Centre Georges-Vézina lui tient à cœur. « Je vois aller cela et j’aimerais énormément m’investir », témoigne l’unique candidat dévoilé à ce jour.

L’actuel commissaire de la Ligue nord-américaine de hockey s’était positionné en faveur d’un nouveau centre, lors du lancement de sa campagne, il y a deux mois. Celui qui a œuvré dans la LHJMQ rappelle que la problématique de la structure ne date pas d’hier. « Quand je coachais, ça revenait toujours à la surface. On va avoir un nouveau CGV ? On va le rénover ? », affirme-t-il.

La circonscription se retrouve sans député depuis près de trois mois à la suite de la démission de Denis Lemieux. Gérard Deltell, qui est de passage dans la région depuis quelques jours, rappelle l’importance et l’urgence de déclencher une élection partielle.

Gérard Deltell, qui a visité la région lors de l’élection partielle dans la circonscription de Lac-Saint-Jean, l’automne dernier, se questionne quant à la lenteur du déclenchement de cette deuxième partielle. Depuis trois mois, il remarque le siège vide devant lui à la Chambre des communes. « Pour que ça fonctionne, ça prend quelqu’un à Ottawa, ce qu’il n’y a pas en ce moment. Il faut une personne forte pour parler au nom de la région à Ottawa », ajoute le député de Louis-Saint-Laurent.

Gérard Deltell n’a pas voulu se prononcer quant à la participation du gouvernement fédéral dans une éventuelle construction d’un nouvel amphithéâtre.