La MRC pose ses conditions

La MRC du Fjord-du-Saguenay se montre favorable au plan spécial de récupération de matière ligneuse au sud du Lac Kénogami, mais demande au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qu’il respecte certaines conditions en ce qui a trait à la planification du réseau routier et à la protection du sentier pédestre existant.

Réunis en séance régulière du conseil, mardi, à Saint-Félix d’Otis, les maires de la MRC ont fait part au ministère de leurs commentaires face à ce plan de récupération qui soulève une certaine controverse chez les villégiateurs. Lors de l’adoption de la résolution, la MRC reconnaît que le sud du lac Kénogami est un secteur sensible en raison de la mise en place d’un parc régional projeté, de la présence du sentier pédestre de 40 kilomètres entre Laterrière et Hébertville, et d’un projet pilote visant à structurer la chasse à l’orignal en dehors des territoires fauniques.

Compte tenu de ces situations, la MRC demande d’être impliquée dans la planification du réseau de chemins afin de permettre non seulement la récolte de matière ligneuse, mais aussi de faciliter l’accès au parc régional projeté. La MRC souhaite que les accès principaux aux secteurs de récolte soient dans des catégories de chemins carrossables en été. Il est question également que la MRC demande la revégétalisation des chemins qui s’approchent du sentier pédestre.

À titre de membre de la Corporation du parc régional du la Kénogami (PRLK), la MRC souhaite que les coupes à proximité du sentier pédestre soient harmonisées avec le conseil d’administration de cet organisme.

Enfin, un comité de suivi du chantier devrait être mis en place pour assurer la qualité des travaux et effectuer les suivis de changement à la planification si nécessaire.

États financiers

Les maires ont procédé à l’adoption des états financiers pour l’exercice 2018 présentés par la firme Mallette. La MRC a terminé l’année avec un excédent de fonctionnement avant conciliation à des fins fiscales de 149 358 $ sur un budget de 11,5 M$. La colonne des revenus totaux affiche 13,3 M$ comparativement à 11,4 M$ en 2017 tandis que les charges s’élèvent à 10,5 M$, en progression comparativement aux 8,7 M$ de 2017. La MRC dispose d’actifs financiers de 69 M$, un passif de 24 M$ et un excédent accumulé de 49 M$.

En ce qui a trait aux territoires non organisés, les revenus de 2018 totalisent 3,4 M$, comparativement à 3,2 M$ en 2017. Les charges ont été de 3,5 M$, en croissance par rapport à 2017 avec 3,2 M$.

Le préfet Gérald Savard a mentionné que la santé financière de la MRC est excellente et qu’elle s’appuie sur des richesses naturelles abondantes.

Bardsville

Après avoir investi environ un million $ depuis 2012 dans l’acquisition et la restauration du site patrimonial de Bardsville, les investissements se poursuivront jusqu’en 2021. Des investissements supplémentaires de 400 000 $ seront réalisés pour doter le site d’un système d’eau potable, compléter les aménagements du chalet historique et du motel, compléter l’aménagement intérieur de la salle communautaire ainsi que d’un bloc sanitaire et installer des panneaux d’interprétation historique en plus d’aménager l’aire d’accueil.

Mardi, le conseil a accordé un contrat de service à la firme MGA Géoservices afin de compléter le rapport d’étude hydrogéologique devant permettre de réactiver l’ancien puits capable de fournir 75 mètres cubes d’eau quotidiennement. Cette eau devra être traitée puisqu’on y trouve du fer et du manganèse.

Gaz naturel

Enfin, le conseil a donné son appui au projet d’Énergir pour l’expansion du réseau de gaz naturel au nord de la région jusqu’à Saint-Fulgence.