Gérald Savard, préfet de la MRC du Fjord, soutient que l'appui accordé au projet d'Arianne Phosphate ne touche pas l'un ou l'autre des scénarios qui pourraient être élaborés pour l'exportation du minerai.

La MRC du Fjord accorde son appui

L'opposition de certains citoyens de L'Anse-à-Pelletier n'a pas empêché le conseil de la MRC du Fjord d'accorder son appui à la réalisation du projet d'ouverture d'une mine par Arianne Phosphate au Lac-à-Paul ainsi que le transport et le transbordement de la matière exploitée sur le territoire de la MRC.
La résolution a reçu l'appui unanime de tous les maires présents, hier soir, à la séance régulière du conseil. Étant donné que le projet est entièrement et exclusivement situé sur le territoire de la MRC et que les chemins forestiers R-200 et R-253 pourront être utilisés pour le transport du minerai, les élus voient une opportunité de créer de nombreux emplois, et ce, dans le respect de toutes les lois et règlements applicables, a mentionné le préfet Gérald Savard.
Interrogé sur le fait que le projet soulève une certaine opposition, M. Savard a mentionné qu'il s'agit d'un appui général qui ne va pas jusqu'à appuyer l'un des cinq à sept scénarios envisagés par la minière pour expédier le minerai sur les marchés d'exportation. M. Savard rappelle qu'un comité composé d'élus, de citoyens et de représentants de la minière a été formé pour élaborer une solution qui satisferait tout le monde.
Toujours en lien avec l'ouverture de la mine, la MRC a engagé une somme de 21 000 $ afin d'accorder un mandat à la firme comptable Raymond Chabot pour qu'elle produise une étude d'opportunités économiques. " On veut savoir quelles sont les possibilités qui s'offrent en terme de deuxième transformation du minerai, de la possibilité de créer un parc industriel et de création d'emplois découlant de ce projet " déclare M. Savard.
L'un des citoyens présents à l'assemblée, Pierre Lapointe, de l'Association métisse des Terres rompues, a interrogé le conseil et transmis ses inquiétudes sur les consultations liées au projet. Le maire Laurent Thibeault, de Sainte-Rose-du-Nord, a rappelé que tout le projet sera soumis au processus du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) le moment venu.
Parc éolien
La MRC du fjord a fait connaître son intention d'exploiter une entreprise de production d'électricité au moyen d'un parc éolien. Cette démarche s'inscrit dans le cadre du processus d'appel d'offres lancé par Hydro-Québec en décembre dernier visant la production supplémentaire de 450 mégawatts d'énergie éolienne, dont 150 sont réservés à caractère communautaire. Plus tôt cette année, le comité de l'énergie de la MRC a rencontré cinq producteurs potentiellement intéressés à déposer une offre d'ici le 3 septembre prochain.
«Notre intention est d'établir un partenariat avec l'un ou l'autre des cinq promoteurs potentiels qui procèdent à des études de mesure de vents actuellement ", a conclu M. Savard.