Le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Lucien Boivin

La MRC Domaine-du-Roy formule ses demandes

Les membres du conseil de la MRC du Domaine-du-Roy s’invitent dans la campagne électorale provinciale en interpellant les candidats de la circonscription de Roberval. Les problèmes de main-d’œuvre et l’industrie forestière figurent au sommet des engagements réclamés.

Le préfet de la MRC du Domaine-du-Roy, Lucien Boivin, espère un appui des candidats en lice. « Nous sommes le niveau politique le plus près des citoyens et nos députés sont là pour nous aider à répondre aux besoins de nos populations. Il est donc nécessaire de connaître leur position sur un certain nombre de dossiers qui nous tiennent à cœur », a-t-il soutenu.

Selon les membres du conseil, le gouvernement doit soutenir financièrement la MRC et sa stratégie déployée en partenariat avec la MRC de Maria-Chapdelaine afin de contrer les problèmes de main-d’œuvre. Celle-ci doit même devenir, à leur avis, un projet pilote en matière d’attraction, de rétention et d’établissement de la main-d’œuvre en milieu rural. Des mesures fiscales favorisant l’intégration en emploi des personnes immigrantes et de retraités s’y ajoutent.

Industrie forestière
L’industrie forestière se retrouve également au cœur des revendications. Une stabilisation des approvisionnements pour cette industrie et des programmes plus musclés pour soutenir l’innovation dans le domaine de la transformation forestière sont souhaités.

Des demandes sont également faites quant à la consolidation et le développement de la filière feuillue en lien avec la réouverture prochaine de l’usine Norbord à Chambord. Par ailleurs, des crédits d’impôt sont réclamés afin d’inciter les jeunes à s’inscrire dans des formations de niveau collégial et universitaire reliées au domaine.

Tourisme
L’industrie touristique se retrouve aussi au sein des doléances. Ainsi, les membres du conseil espèrent des programmes de soutien au développement et à la commercialisation des générateurs d’achalandage dans les régions éloignées. De la promotion est également souhaitée à l’extérieur du Québec.

Des mesures financières sont attendues pour la mise en œuvre du Plan de développement de la zone agricole et de l’agroalimentaire 2018-2025.

Ceux qui sont à la base d’un modèle unique en matière d’énergie communautaire renouvelable attendent des candidats qu’ils prennent l’engagement de défendre ce modèle de développement énergétique et d’en faire la promotion.

Des engagements formels sont attendus quant à la mise en place d’un parc industriel territorial, au maintien des services de proximité dans les municipalités et la couverture cellulaire de la route 167.