Sylvain Gaudreault ese trouvait en Pologne vendredi dans le cadre du sommet sur l’environnement COP24.

La ministre Laforest baisse les bras devant Rio Tinto, selon Gaudreault

Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault croit que la ministre Andrée Laforest « baisse les bras » trop rapidement devant Rio Tinto dans le dossier de la taxation des barrages hydro-électriques que la multinationale possède au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Actuellement en mission avec la délégation du Québec en Pologne dans le cadre de la conférence climatique COP24, le seul député péquiste de la région s’est prononcé vendredi en faveur d’un groupe de travail pour tenter de trouver un compromis dans ce dossier qui fait énormément réagir depuis la sortie publique du conseiller Jean-Marc Crevier en début de semaine.

« Je pense que Jean-Marc Crevier a soulevé un très bon point. C’est un système qu’on doit revoir. Il y a des iniquités entre les barrages de Résolu et de Rio Tinto. Il y a aussi un besoin au niveau du financement des villes comme Saguenay et les citoyens trouvent qu’il n’y a pas assez de revenus fiscaux tirés des installations de Rio Tinto. J’ai déjà proposé une commission parlementaire pour faire le bilan de l’entente de continuité, mais le gouvernement libéral avait refusé. Maintenant, il faut voir si le nouveau gouvernement de la CAQ serait intéressé à avoir une commission parlementaire, où au moins un groupe de travail qui pourrait réunir des gens de Rio Tinto avec des gens de la CAQ et des députés pour voir comment on peut régler cette question-là », a fait savoir Sylvain Gaudreault lors d’un entretien téléphonique à partir de Cracovie, en Pologne.

Flèche à Laforest

Le député a aussi lancé une flèche en direction de sa voisine de comté, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest.

« J’ai trouvé que la ministre Andrée Laforest est allée un peu vite. Déjà, elle baissait les bras par rapport à Rio Tinto. Je pense qu’il faut au moins voir comment on peut voir d’un oeil nouveau la relation entre la compagnie et la région », a indiqué Sylvain Gaudreault.

Ce dernier a conclu hier une semaine de représentation à la COP24, où il se trouvait en compagnie de la ministre de l’Environnement MarieChantal Chassé ainsi que de députés du Parti libéral et de Québec solidaire.

Comme il l’avait fait jeudi, M. Gaudreault a répété vendredi que le Québec repartait les mains vides de ce sommet sur l’environnement.

« Je crois [que la ministre Chassé] n’a rien annoncé de nouveau pour le Québec en matière d’environnement », a-t-il dit.

+

RIO TINTO SE DÉFEND

(JONATHAN HUDON) Dans toute la saga entourant la fiscalité foncière de la production hydroélectrique, Rio Tinto a tenu à rappeler le rôle économique qu’elle joue au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Par voie de communiqué, la multinationale a d’abord soulevé que la production annuelle d’aluminium générait des retombées économiques de plus d’un milliard de dollars dans la région, en plus de rappeler qu’elle employait 5000 personnes et prestataires d’affaires.

«Plus de 300 millions de dollars sont investis annuellement dans le maintien de nos actifs régionaux», a aussi écrit Rio Tinto.

Concernant la production hydroélectrique, elle s’inscrit dans la chaîne de valeur de la compagnie. RT soutient que l’hydroélectricité est un atout important dans un secteur où la concurrence mondiale est féroce, en plus de permettre de produire le seul aluminium au monde certifié par l’Aluminium Stewardship Initiative.

La division hydroélectrique de Rio Tinto, Énergie Électrique, génère environ 500 emplois dans la région et 80 millions de dollars ont été investis dans les différentes installations.

«Nous sommes engagés envers la région et travaillons en collaboration, a ajouté Rio Tinto dans sa missive. En 2017, Rio Tinto a payé plus de 55 millions de dollars canadiens en taxes aux municipalités et MRC du Saguenay–Lac-Saint-Jean. De plus, nous versons en moyenne près de 65 millions de dollars canadiens annuellement en redevances au gouvernement du Québec pour l’utilisation de la ressource naturelle et nos opérations.»

Une rencontre est prévue entre le directeur exécutif, Opérations Atlantique, Aluminium chez Rio Tinto, Gervais Jacques, et la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, la semaine prochaine.