La ministre impose un conciliateur

Le ministère du Travail nomme un conciliateur de grande expérience, Julien Perron, dans les négociations entre la Corporation des concessionnaires d'automobiles Saguenay-Lac-Saint-Jean - Chibougamau et le Syndicat démocratique des employés de garage Saguenay-Lac-Saint-Jean (CSD).
Quatre cent trente salariés ont été mis en lock-out depuis 11 mois par 27 concessionnaires sans qu'aucune rencontre de négociation n'ait eu lieu depuis ce temps avec les représentants syndicaux.
«J'estime que le moment est venu, après onze mois de conflit, de provoquer un rapprochement entre les parties. Dans une région comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean, un conflit qui touche des centaines de travailleuses et de travailleurs et qui paralyse tout un secteur commercial n'est pas sans conséquence», a déclaré la ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Agnès Maltais.
«Je demande aux employeurs et aux syndiqués de saisir la perche qui leur est tendue et de reprendre les négociations en présence du conciliateur», a-t-elle ajouté.
Depuis le début du conflit, en mars 2013, le ministère du Travail a proposé aux parties de recourir à la conciliation, sans qu'aucune demande à cet effet ne lui ait été adressée.
La ministre prend l'initiative de nommer un conciliateur en vertu des pouvoirs qui lui sont conférés par le Code du travail.
Les conventions collectives des 27 concessionnaires sont échues depuis le 18 février 2013. Dans la plupart des cas, les syndiqués ont été mis en lock-out deux semaines plus tard.
Dans un communiqué rendu public lundi matin, la ministre invite les représentants syndicaux et patronaux à collaborer avec le conciliateur et à négocier de bonne foi pour trouver un compromis. «Seule la négociation peut permettre de dénouer l'impasse et seules les parties ont la clé de la solution», a conclu la ministre.