Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des incendies de forêt font rage et menacent plusieurs communautés de la Colombie-Britannique depuis quelques semaines.
Des incendies de forêt font rage et menacent plusieurs communautés de la Colombie-Britannique depuis quelques semaines.

La météo extrême est un avertissement selon le ministre Jonathan Wilkinson

Bill Graveland
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Jonathan Wilkinson, soutient que les conditions météorologiques extrêmes observées dans plusieurs régions du Canada devraient servir d’avertissement à ceux qui résistent encore aux actions à prendre pour lutter contre le réchauffement planétaire.

Des feux de forêt ravagent depuis quelques semaines de grandes régions de l’ouest canadien, ce qui a chassé de chez eux de nombreux résidents de la Colombie-Britannique, de la Saskatchewan et du Manitoba.

Un état d’urgence proclamé en Colombie-Britannique pourrait signifier dès mercredi des évacuations massives; quelque 300 incendies de forêt font rage et menacent plusieurs communautés.

Les récoltes des agriculteurs des Prairies subissent les effets de la sécheresse alors que plusieurs localités sont enveloppées par de la fumée dense provenant des incendies.

En entrevue avec La Presse Canadienne mardi, Jonathan Wilkinson a déclaré que les événements climatiques de l’été font réaliser aux Canadiens l’ampleur des effets des changements climatiques.

La quasi-disparition du village de Lytton en Colombie-Britannique plus tôt en juillet à cause d’un violent incendie de forêt a été un choc pour plusieurs, selon le ministre, qui rappelle aussi la succession d’inondations vécues au cours des dernières années.

Le ministre Wilkinson était à Calgary mardi pour annoncer un plan de mitigation lié aux inondations qui se sont produites dans la ville en 2013; elles ont fait cinq morts et cause des milliards de dollars de dommages. Le ministre a soutenu que les données font croire que les phénomènes météorologiques extrêmes ne s’amenuiseront pas au cours des années à venir.

À son avis, les Canadiens réalisent de plus en plus que ces phénomènes les touchent de plus près qu’avant et que les impacts réels du réchauffement climatique sont bien présents. Il faut donc prendre des mesures pour s’adapter aux changements et assurer que les catastrophes ne prennent pas plus d’ampleur.

Jonathan Wilkinson, qui a grandi en Saskatchewan, mais qui est député de la circonscription de Vancouver-Nord, assure qu’il comprend pourquoi certaines personnes s’opposent encore à la lutte aux changements climatiques, mais il a la certitude que les phénomènes extrêmes seront plus fréquents et plus graves dans l’avenir, ce qui impose, selon lui, que des actions soient prises maintenant.

Il croit que les Canadiens doivent s’unir et prendre part à un consensus international et afin que des solutions globales au réchauffement du climat soient trouvées. Le Canada peut jouer en cette matière un rôle important, selon lui.