Photo prise en 2008.
Photo prise en 2008.

La Maison Samuel-Bédard de Péribonka: un joyau rempli d’histoire

Guillaume Pétrin
Guillaume Pétrin
Le Quotidien
Construite en 1903 et ayant subi quelques phases de transformation au cours des 100 dernières années, la Maison Samuel-Bédard devrait déménager une dernière fois pour de bon, d’ici jeudi (10 décembre), à son nouveau lieu d’accueil, le futur complexe multifonctionnel Espace Péribonka, situé en plein coeur du village. Voici l’histoire de cette petite maison représentant un joyau régional, un véritable retour dans le passé!

Les différents événements et dates relatés dans ce texte ont pu être identifiés grâce à l’étude historique réalisée par Lynda Robitaille en 1984, ainsi qu’aux informations publiées sur le Répertoire du patrimoine culturel du Québec. D’autres données complémentaires ont été trouvées directement sur le site internet du Musée Louis-Hémon.

C’est un certain Exurias Provençal qui a construit la maison, en 1903, sur le lot numéro 36 du deuxième rang du Canton Dalmas. Lot qu’il avait acquis de la Couronne.

En 1904, il revendit le tout à un dénommé Ladislas Otis pour ensuite en reprendre possession quelque temps plus tard.

Musée Maria-Chapdelaine.

En 1906, la maison est acquise par Adolphe Bouchard qui, à son tour, la donna en 1909 à sa fille Laura, épouse de Samuel Bédard. La famille y habitera jusqu’en 1916. C’est au cours de cette période que la famille côtoya un certain Français, qui avait traversé l’Atlantique en 1911 d’Angleterre jusqu’au Canada pour y vivre de nouvelles aventures.

Louis Hémon

C’est donc en 1912 que Samuel Bédard rencontre Louis Hémon sur le traversier qui reliait Roberval à Péribonka.

Il l’engage alors pour travailler sur la terre comme garçon de ferme. La famille Bédard héberge pendant quelques mois le célèbre écrivain, période pendant laquelle il recueille des informations tirées de ses observations quotidiennes, qui lui seront utiles pour l’écriture de son fameux roman Maria Chapdelaine. L’auteur quitte Péribonka à la fin de la même année.

Maison abandonnée

Pendant près de 16 ans, soit de 1916 à 1932, la maison demeure inoccupée. À la mort de Laura en 1932, c’est sa soeur Éva qui en devient propriétaire.

Photo datant de 1910.

Cette dernière était reconnue depuis quelques années déjà comme étant l’inspiratrice de Louis Hémon pour le personnage de Maria Chapdelaine.

En 1937, la maison et le hangar, situés trop près de la route, sont alors reculés de plusieurs mètres et juxtaposés.

C’est durant la même période qu’Éva Bouchard signe un bail de location d’une durée de 20 ans avec la Société des Amis de Maria Chapdelaine. L’organisme désirait ainsi faire de la maison un musée dédié à la mémoire de Louis Hémon, mort en 1913 à l’âge de 32 ans, frappé par un train à Chapleau, en Ontario.

Inauguration du Musée Louis-Hémon

Le 6 juillet 1938, la maison est ouverte au public. On procède alors à l’inauguration du Musée Louis-Hémon. En 1939, la Commission des monuments historiques y installe une plaque commémorative.

La Maison Samuel-Bédard, en 1988.

Quant à Éva Bouchard, elle assumera le rôle de gardienne du musée jusqu’à sa mort en 1949. Elle y accueillait les touristes provenant d’un peu partout du Canada, des États-Unis et même d’Europe.

On raconte que ceux-ci souhaitaient découvrir l’univers du roman, mais surtout rencontrer l’héroïne de l’histoire!

Certaines modifications et travaux de restauration ont cours pendant cette période: des fenêtres sont ajoutées au hangar, de même qu’un lambrissage de bois et de lattes verticales. Quant à la maison, son extérieur a été peint, des volets ajoutés. À l’intérieur, les murs ont été peints et tapissés.

Autour de 1960, un autre bâtiment est implanté à côté de la Maison Samuel-Bédard. Décrite comme la maison d’Éva Bouchard, il s’agit d’un bâtiment d’un étage et demi juxtaposé au hangar.

Musée Maria-Chapdelaine, avec la maison d’Éva Bouchard juxtaposée au hangar.

Monument historique

En 1976, ce bâtiment est détruit et le mur du hangar est rebâti. Durant la même période, un autre bâtiment est construit à l’ouest de la Maison Samuel-Bédard. Appelé le pavillon Maria-Chapdelaine, il sert à accueillir les visiteurs et à l’administration du site.

Le 19 octobre 1983, le ministère des Affaires culturelles reconnaît officiellement la maison comme monument historique.

D’autres restaurations

Une restauration de la Maison Samuel-Bédard est effectuée dans les années 1980, afin de lui redonner son aspect d’origine, celui de l’époque où avait séjourné le célèbre écrivain.

En 1986, un pavillon plus contemporain est inauguré en présence de Lydia, la fille de Louis Hémon. Une exposition à la mémoire de son père y était présentée.

Classée immeuble patrimonial, la Maison Samuel-Bédard intégrera l’aménagement du bâtiment multifonctionnel Espace Péribonka.

Une deuxième restauration est effectuée en 1992 et touche principalement le hangar.

Immeuble patrimonial

C’est en 2012, près de 100 après la venue de Louis Hémon à Péribonka, que la Maison Samuel-Bédard est classée comme immeuble patrimonial, en vertu de la Loi sur le patrimoine culturel du Québec.

On y reconnaît alors ses valeurs tant historiques qu’architecturales. Historique, de par son association avec l’écrivain, et architecturale, de par sa représentativité en tant que maison de colonisation.

Espace Péribonka

Au mois d’août 2019, le Musée Louis-Hémon a reçu l’autorisation du ministère de la Culture et des Communications pour procéder au déplacement de la Maison Samuel-Bédard, et c’est cette semaine que devrait avoir lieu le déménagement final.

Espace Péribonka sera situé en plein coeur du village.

À terme, la maison sera intégrée à l’aménagement du futur complexe multifonctionnel Espace Péribonka.

Cette relocalisation devrait ainsi assurer sa conservation à long terme, en plus d’accentuer son rayonnement.

Route fermée

La direction du Musée a annoncé que le transport de la Maison Samuel-Bédard, qui devait avoir lieu dans la nuit du mardi au mercredi 9 décembre, est reporté au lendemain, soit dans la nuit du mercredi au jeudi 10 décembre.

L’opération aura donc lieu entre 3h et 6h du matin le jeudi 10 décembre et une partie de la route 169 sera fermée à la circulation.