Pierre Poirier, responsable de la Maison de chambres La Résidence, invite toute personne dans le besoin à profiter des services de l’établissement.
Pierre Poirier, responsable de la Maison de chambres La Résidence, invite toute personne dans le besoin à profiter des services de l’établissement.

La Maison de chambres La Résidence a besoin d’aide alimentaire

La pandémie de la COVID-19 a créé beaucoup de soucis pour la clientèle de la Maison de chambres La Résidence à Chicoutimi. Alors que certaines personnes doivent surmonter des problèmes qui relèvent de l’anxiété, d’autres doivent gérer des soucis financiers. Pierre Poirier, responsable de la Maison, demande l’aide de la population et des organismes de la région qui pourraient offrir un soutien alimentaire. Il invite également toute personne dans le besoin à profiter des services de La Résidence.

L’établissement, qui comprend 27 chambres, a subi plusieurs changements dans les dernières années. Ceux qui y possèdent une chambre peuvent être d’ex-toxicomanes ou alcooliques, d’ex-détenus, des personnes avec des problématiques de santé mentale, des immigrants, des sans-abris ou toute personne dans le besoin, mais doivent avoir envie de se reprendre en main et de se relever, explique M. Poirier.

La clientèle aide avec les tâches ménagères selon leur condition physique et psychologique.

« Nous faisons passer des petites entrevues avant d’accueillir une nouvelle personne afin de s’assurer de son cheminement. Cette nouvelle façon de procéder a créé un beau climat de partage et de fraternité où les locataires se prennent en main et se relèvent après avoir vécu des épisodes difficiles. La tolérance zéro pour la violence verbale et la discrimination aide beaucoup au nouveau climat. »

La majorité des personnes qui vivent à La Résidence sont dans des situations financières précaires, selon le responsable. « Plusieurs de nos résidents doivent tirer la corde des deux bouts pour réussir à se rendre à la fin du mois. Étant donné que nous ne sommes pas caractérisés comme étant un organisme, il est difficile d’obtenir de l’aide alimentaire pour notre clientèle. Nous n’acceptons pas les dons en argent, mais de l’aide alimentaire peut faire une réelle différence, qu’elle provienne de la population ou des organismes. »

Les résidents ont accès à la cuisine de la Maison avec le prix de leur chambre.

La situation de crise actuelle a également causé de l’anxiété chez plusieurs résidents. « La clientèle ne sort pas de la maison depuis que le gouvernement a émis ses consignes de distanciation sociale, sauf pour aller à l’épicerie. Le confinement peut être très anxiogène pour notre clientèle fragilisée. »

Sortir de la rue

Pierre Poirier a mentionné plusieurs histoires où le passage à La Résidence a été marquant. Un jeune a notamment réussi à sortir de la rue après être allé vivre quelque temps à la Maison de chambres.

« Ce jeune était complètement désorienté. Il n’avait plus de compte de banque. Il a réussi à faire un beau cheminement ici, en plus de procéder à une réinsertion sociale. Aujourd’hui, il a une carte de crédit, une bonne hygiène et a pu repartir dans la société. Certains ont besoin de venir ici comme tremplin, mais réussissent à repartir. Ils peuvent prendre le temps dont ils ont besoin pour faire leur cheminement, dans la mesure où les règlements sont respectés. »