Mélanie Boucher, la présidente de l’Association des contribuables de Saguenay, affirme que les membres de son organismes sont inquiets devant la hausse de taxes anticipée à Saguenay dans le prochain budget.

La hausse de taxes anticipée à Saguenay inquiète les membres l’ACS

La cinquantaine de personnes qui s’est présentée à la première assemblée de l’Association des contribuables de Saguenay (ACS), qui avait lieu samedi à Jonquière, est grandement préoccupée par la hausse de taxes qui devrait être annoncée dans le prochain budget de la Ville.

L’ACS a tenu cette première rencontre à huis clos, pendant plus d’une heure. Les représentants des médias n’ont pas pu assister aux échanges des membres de l’ACS pour que ceux-ci puissent s’exprimer «entre eux», a précisé la présidente de l’organisme, Mélanie Boucher.

D’après le compte-rendu de cette dernière, la question des taxes municipales a occupé la majeure partie des délibérations. «Il y a beaucoup de retraités dans la salle. Étant donné que les pensions ne sont pas indexées, ça leur fait mal qu’une augmentation de taxes arrive encore cette année. [..] Ça commence à faire des centaines de dollars pour des gens qui n’ont pas les revenus nécessaires pour pallier à ça.»

Selon l’estimation de Mme Boucher, plusieurs familles devront débourser entre 300 et 500 dollars de plus pour acquitter leur compte de taxes municipales l’an prochain. «[Les gens] sont inquiets de ne plus arriver. Et ils sentent qu’ils n’ont peut-être pas autant de services qu’ils devraient avoir pour le prix qu’ils paient», a-t-elle affirmé, alors que la réunion tirait à sa fin.

Plusieurs retraités ont assisté à la première assemblée de l’ACS.

Politique

Même si l’organisme dont est la porte-parole interpelle les élus et remet en question leurs décisions, Mélanie Boucher se défend d’être à la tête d’un mouvement politique. «Ça ne sera jamais un parti politique l’ACS. Ce n’est pas dit que les gens dans l’ACS ne feront jamais de politique, les gens sont libres d’eux. Mais l’ACS, en tant que tel, n’est pas un parti politique et ne le deviendra pas. C’est un espace, pour le contribuable, en dehors de la joute politique partisane», a insisté celle qui se fait la voix des contribuables.

La présidente de l’ACS s’est félicitée d’avoir déjà, grâce aux questions qu’elle pose publiquement, une certaine forme d’influence au conseil de Ville. «Le 20 millions de dépassements de coût, on a eu une réponse de Mme Néron. On a eu une réponse plutôt laconique sur les salaires des élus. Il y a une demande qui a été faite la semaine passée concernant les coûts d’opération prévus du soccerdôme dans les prochaines années», a-t-elle énuméré.

Des citoyens de tous les arrondissements ont assisté à l’assemblée de l’ACS. Quelques personnes connues, dont l’avocat Charles Cantin et l’ancien député et représentant syndical Claude Patry, étaient présentes samedi avant-midi.

Une trentaine de cartes de membres ont été vendues par l’ACS, un organisme qui a été fondé au printemps dernier, avant le début de la rencontre.