L’instigatrice du mouvement de protestation Virginie Hallahan Pilotte (au centre) a demandé qu’un comité de travail soit formé pour se pencher sur les principaux enjeux des Laterrois.

La grogne des Laterrois se poursuit au conseil de ville

Le mouvement de protestation des résidents de Laterrière entourant la hausse des taxes municipales à Saguenay s’est poursuivi lundi soir, lors de la séance régulière du conseil, tenue à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière. Comme environ 400 personnes se sont déplacées, la salle était remplie à pleine capacité.

Certains citoyens ont enfilé un gilet jaune, en lien avec le mouvement qui fait rage en France depuis novembre lié au mécontentement face à la hausse des taxes sur le prix des carburants. « Bonsoir à tous les citoyens, particulièrement à ceux de Laterrière », a d’ailleurs mentionné la mairesse de Saguenay, Josée Néron, qui a semblé nerveuse en début de séance devant autant de gens, du moins plus qu’en temps normal lors d’un conseil de ville régulier.

C’est lors de la période d’intervention des membres du conseil que l’atmosphère s’est réchauffée. Après avoir fait face à de nombreuses critiques depuis la séance publique lundi dernier, organisé par un mouvement de citoyens en colère, le conseiller municipal Michel Potvin a de nouveau été pris à partie par les Laterrois.

« Je me suis renseigné sur les taux de taxation, qui ont été critiqués dernièrement, et c’est la firme Raymond Chabot qui les fixent depuis 2002 selon les lois et règlements du gouvernement du Québec, a mis en contexte Michel Potvin. Quand on entend parler de manipulations de chiffres, il n’y en a pas eu, ce sont les mêmes depuis 2002. Vous m’aviez demandé de fouiller ces chiffres et c’est ce que j’ai fait. »

Le conseiller Potvin a ajouté qu’entre le 1er juillet 2014 et le 1er juillet 2017, 239 propriétés ont été vendues à Laterrière, et que 26 pour cent du marché représente la construction de maisons après 2000. À l’inverse, pour Chicoutimi, le nombre d’habitations construites après 2000 s’élève à 13 pour cent.

« Vous avez un excellent conseiller », a mentionné Josée Néron, un commentaire suivi de huées des gens dans la salle. M. Potvin a hoché la tête à la suite de cette réaction sans équivoque.

La salle Pierrette-Gaudreault était bondée de citoyens, dont la plupart étaient de Laterrière, lors de cette première séance ordinaire du conseil de Saguenay en 2019, lundi soir.

Comité de travail

Instigatrice du mouvement protestataire, Virginie Hallahan Pilotte a demandé à la mairesse de former un comité de travail, composé de trois citoyens de Laterrière et trois conseillers de Saguenay, dans le but d’analyser la situation du taux de taxation et du rôle d’évaluation. La conseillère Julie Dufour s’est montrée favorable à cette idée.

« Ce comité aurait comme objectif d’analyser d’ici 2019 diverses propositions afin de trouver des solutions réalistes et applicables pour que les citoyens mettent en application ce que vous avez véhiculé au cours de votre campagne, c’est-à-dire que le citoyen est au coeur de toutes les décisions », a martelé Mme Hallahan Pilotte.

En réponse à Mme Hallahan Pilotte, Josée Néron a fait savoir qu’elle pouvait compter sur un conseiller pour lui faire part de ses doléances, ajoutant qu’elle avait proposé d’être présente lundi dernier lors de la séance publique organisée à Laterrière. Michel Potvin avait alors préféré refuser.

« On a déjà essayé de passer par notre conseiller, mais il a manqué de respect», exigeant une réponse à sa demande d’ici la fin de la semaine. Elle a même suggéré qu’un vote ait lieu au cours de la séance municipale.

« On a pris la peine de venir à votre rencontre et on pense que vous seriez capable de nous dire, dès ce soir (lundi), que vous allez former un comité de travail », a souligné Virginie Hallahan Pilotte.

« On va se consulter, mais vous pouvez penser que la décision va être très favorable », a renchéri Josée Néron.

Plusieurs autres citoyens ont ajouté leur grain de sel, demandant des modifications dans le budget afin d’annuler la hausse des taxes municipales. Josée Néron a réitéré que le budget était ‘canné’ et qu’aucune modification n’allait être apportée.

La hausse du salaire des élus est aussi revenue sur la table, qualifiée d’absurde par un citoyen de Chicoutimi. Une ovation debout a suivi.

+

LES CAMIONS DE BOUFFE DE RUE PERMIS PARTOUT

Il sera maintenant possible de tenir des sites de restauration ambulante (« food trucks ») sur le territoire de Saguenay. Le projet de règlement a été adopté lors de la séance du conseil, lundi soir, concernant les colporteurs et les vendeurs itinérants. Il en coûtera 50 dollars par jour pour une entreprise ayant une place d’affaires à Saguenay et le tarif sera de 100 dollars pour celle qui n’en a pas.

Il sera également possible de se procurer un permis annuel au coût de 1100 $. 

La mairesse de Saguenay a salué le travail du conseiller Simon-Olivier Côté dans ce dossier, en plus de celui de toutes les autres personnes impliquées.