La présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Brigitte Claveau (devant à droite), y est allée de chansons avec ses membres.

La grève lancée à la Sépaq au Lac-Kénogami

Les 17 employés du Centre touristique du Lac-Kénogami ont commencé leur mouvement de grève, mercredi, avant d’être possiblement rejoints par les trois autres établissements de la Sépaq du Saguenay–Lac-Saint-Jean, samedi. La présidente régionale du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ), Brigitte Claveau, espère que la population supportera ses membres. Du côté de la Sépaq, la direction croit en arriver bientôt à « une entente satisfaisante avec les employés. »

« On a espoir que les gens sont derrière nous. On l’espère », a affirmé Mme Claveau, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

Cette section du syndicat s’occupe des employés des trois parcs nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean et de ceux des Hautes-Gorges et des Grands-Jardins dans Charlevoix, en plus du centre à Lac-Kénogami. Brigitte Claveau représente environ 300 employés qui seront en grève dès le samedi 20 juillet si aucune entente n’est conclue d’ici là.

Le Centre touristique du Lac-Kénogami est en grève depuis mercredi. Les autres parcs nationaux suivront samedi.

« Il n’y a personne à la table des négos qui est du Saguenay–Lac-Saint-Jean », a-t-elle précisé. Cependant, un représentant par établissement participe aux décisions.

« Ça ne va pas tellement bien », a-t-elle avancé, quant à l’état de la négociation.

Cette deuxième phase de la grève surviendra en même temps que le début des vacances de la construction au Québec.

Les employés en grève remettent de l’information aux passants.

Mercredi matin, le président général du SFPQ, Christian Daigle, a demandé, selon la Presse canadienne, une rencontre avec le président du Conseil du Trésor, Christian Dubé. Il dit vouloir parler au ministre afin d’avoir l’heure juste sur le cadre monétaire dont dispose la Sépaq.

La partie patronale a déposé une deuxième offre salariale, lundi soir, qui devait constituer, selon elle, une avancée sérieuse dans les négociations. La partie syndicale a répondu par une contre-offre mardi soir, qui, à son tour, a été rejetée. « Les négociations se poursuivent à un rythme soutenu entre les parties. La Sépaq a bon espoir d’en arriver rapidement à une entente satisfaisante avec ses employés », laisse entendre la Sépaq, dans une communication publiée sur son site Internet, mercredi.

La Sépaq dit travailler pour limiter les impacts. « Sachez que nous sommes désolés des inconvénients causés par cette grève. L’organisation fait tout en son pouvoir pour limiter le nombre de secteurs qui pourraient être touchés par la situation », pouvait-on y lire.

De plus, la Sépaq avertit les utilisateurs que leur sécurité est leur responsabilité. « La Sépaq oeuvre présentement à effectifs réduits en raison de la grève de ses employés syndiqués. Ainsi, la surveillance du territoire risque d’être moins fréquente, et le délai d’intervention du personnel est susceptible d’être affecté », est-il ajouté. Avec La Presse Canadienne

LES IMPACTS DANS LA RÉGION

La Sépaq a publié, mercredi, sur son site Internet, les services et les activités qui seront touchés par la grève, bien que les parcs demeureront ouverts à compter du déclenchement de la grève, samedi.

Ainsi, du côté du parc du Fjord-du-Saguenay, il n’y aura pas d’hébergement au camping Pointe-du-Moulin. La location d’embarcations nautiques et de vélos est donc suspendue, et les activités de découverte sont annulées.

Quant au parc des Monts-Valin, il n’y aura pas d’hébergement dans les chalets Standards, Nature et EXP, ainsi qu’au camp rustique L’Attisée, dans les refuges et les campings Le Septentrional et L’Eau-Vive. Il n’y aura aussi pas de location d’embarcations nautiques, d’activités de découverte et de pêche quotidienne.

Pour ce qui est du parc de la Pointe-Taillon, il n’y aura ni location d’embarcations nautiques et de vélos ni activités de découverte. De plus, la plage ne sera pas surveillée, et le casse-croûte sera fermé.

Toutes les autres activités demeureront accessibles.

Toujours selon le site de la Sépaq, pour l’hébergement, aucune arrivée ne pourra se faire à compter du 20 juillet dans les unités nommées plus haut. Les clients arrivés avant le 20 juillet pourront terminer leur séjour tel que prévu à leur réservation. 

Aussi, avertit la Sépaq, il est possible que le ménage dans les unités d’hébergement qui demeureront ouvertes soit fait de façon sommaire.