La gestion de l'offre inquiète les producteurs

Le président des producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Daniel Gobeil, considère que le premier ministre du Canada Justin Trudeau fait marche arrière dans son engagement de défendre le système de gestion de l’offre qui encadre les productions des œufs, du poulet et du lait.

Au cours d’un entretien avec Le Quotidien, Daniel Gobeil a demandé à ce que le premier ministre clarifie sa pensée face à la demande américaine de mettre un terme au système canadien qui limite l’accès du marché canadien pour les trois productions.

Ça commence à circuler au Canada. M. Trudeau a déclaré sur des réseaux d’information aux États-Unis qu’il était disposé à faire des compromis avec la gestion de l’offre et en particulier avec le lait. Tout compromis constitue un affaiblissement du système », insiste l’agriculteur.

Les producteurs de lait ont rencontré la candidate libérale Lyna Boivin dans l’élection partielle de Chicoutimi-Le Fjord. Ils ont l’intention d’obtenir l’heure juste avant le scrutin même si la candidate n’a pas d’emprise sur les déclarations du premier ministre.

« Nous avons déjà 20 % des prix de notre production qui est tributaire du marché mondial. Nous avons déjà accepté d’ouvrir le marché et il n’est pas question d’accepter de nouvelles ouvertures comme semble le laisser entendre le premier ministre », reprend Daniel Gobeil.

La députée néo-démocrate de Jonquière, Karine Trudel, a fait état de la nouvelle position du premier ministre du Canada sur la gestion de l’offre. Elle considère que les déclarations du premier ministre au réseau NBC sont inquiétantes et contredisent ce que le gouvernement s’est toujours engagé à protéger devant les agriculteurs. La députée veut surtout savoir ce que le premier ministre concède quand il fait état de « flexibilité » dans la négociation des ententes commerciales.

« Le marché canadien des produits laitiers serait donc une concession potentielle pour conclure les négociations ? Le gouvernement ne peut pas dire qu’il soutient le système de gestion de l’offre intégrale, puis conclure des accords ayant des effets négatifs sur nos communautés et sur les producteurs laitiers. Est-ce que le gouvernement peut expliquer aux agriculteurs et agricultrices en quoi consiste cette flexibilité ? », a questionné la députée aux Communes.

Dans le communiqué émis hier, la députée a rappelé toute l’importance de l’industrie laitière dans des régions comme le Saguenay-Lac-Saint-Jean.

« Le système de gestion de l’offre est fondamental pour l’occupation du territoire et l’économie du Saguenay-Lac-Saint-Jean. De telles brèches successives et des propos comme ceux tenus par le premier ministre n’ont rien de rassurant. Nous devons maintenir la pression et dénoncer ce double discours, tout en insistant pour que la gestion de l’offre ne serve pas de monnaie d’échange lors des négociations d’une éventuelle entente avec les Américains », a conclu la députée de Jonquière.