Une quarantaine de bénévoles recevaient les dons de la population, samedi, à la Caserne de jouets Saguenay.

La générosité encore au rendez-vous à la Caserne de jouets

Plusieurs enfants ont donné des jouets leur appartenant, samedi, lors de la 32e collecte annuelle de la Caserne de jouets Saguenay à Chicoutimi-Nord, pour que plus de 5000 autres, moins favorisés, puissent en profiter.

Les enfants étaient invités à déposer eux-mêmes des jouets sur la table sur laquelle les bénévoles recevaient les boîtes de dons déposées par petits et grands.

«Nous, ce qu’on veut, c’est que les enfants viennent les porter sur la table, pour qu’ils puissent faire le geste du partage. C’était ça le but, dès les débuts», a expliqué Mario Gagnon, cofondateur de la Caserne de jouets de Saguenay.

L’ancienne caserne de pompiers située sur la rue Roussel grouillait d’activité samedi. La quarantaine de bénévoles ne cessait de recevoir des dons des familles qui affluaient, tandis que les enfants pouvaient aussi s’amuser grâce à la présence de mascottes, d’un jeu gonflable ou du père Noël.

Les bénévoles vérifiaient l’état des jouets et les réparaient.

Même après plus de 30 collectes annuelles, les gestes de générosité touchent encore Mario Gagnon. Samedi matin, une femme lui a laissé une photo de sa soeur décédée, en lui remettant les jouets de celle «qui avait encore un coeur d’enfant», a-t-il raconté.

Un peu plus tard, une dame s’est mise à pleurer en partageant qu’elle souhaitait que les jouets qu’elle donnait puissent être donnés à des enfants ayant des besoins particuliers, comme des enfants autistes.

Ces moments lui procurent une dose de motivation et lui rappellent l’importance de sa mission ainsi que les débuts de l’organisme, à la fin des années 1980. Il ne peut oublier l’une des familles qu’il avait alors aidées, à Chicoutimi-Nord. «Les enfants couchaient dans des boîtes de carton et mangeaient des pains hamburgers pour déjeuner», se rappelle tristement celui qui a pu renouer avec un des enfants de cette famille, il y a quelques années, une jeune femme qui se porte bien aujourd’hui.

Les enfants sont invités à déposer eux-mêmes un jouet sur la table de don, derrière laquelle se trouvent les bénévoles de la Caserne de jouets.

Plus de 30 ans plus tard, la Caserne de jouets vient en aide vient à quelque 5200 enfants de la région, mais aussi de partout à travers la province lorsque les réserves le permettent. «Un enfant, peu importe qu’il soit ici ou ailleurs au Québec, c’est un enfant», a souligné le cofondateur.

La générosité de la population était de nouveau au rendez-vous samedi. «L’an passé, on a reçu une quinzaine de palettes de boîtes de jouets, à part ce qu’on avait déjà placé sur les étagères, et on s’enligne pour ça», a estimé Mario Gagnon, samedi.

Le père Noël accueillait les enfants à la Caserne de jouets.

Pour ceux qui ne pouvaient se rendre à la collecte, qui se terminait samedi à 16h, les dons peuvent être déposés dans une boîte située à l’extérieur de la caserne et qui est vidée chaque jour.

De nombreux citoyens ont donné des boîtes remplies de jouets.