Julien, Simon, Johanna, Nicolas et Cindy font partie des militants qui organisent un rassemblement pour faire entendre leur opposition aux groupes tels que la Meute et Storm Alliance 02 qui prendront part à la marche pour la «liberté, la paix et la justice» prévue samedi à Chicoutimi. Ils invitent la population à se joindre à eux.

La gauche se mobilise contre le discours d'extrême-droite

Des militants progressistes comptent faire entendre leur opposition aux groupes de droite devant prendre part à la marche pour la « liberté, la paix et la justice » prévue samedi à Chicoutimi. Ils invitent la population à les rejoindre dans un rassemblement pacifique et sans affiliation politique pour manifester contre ces groupes qu'ils jugent racistes.
La marche de samedi pour la « liberté, la paix et la justice », qui prendra le départ de l'hôtel de ville de Saguenay, est organisée par la Canadian Coalition for Concerned Citizens (CCCC), un regroupement qui épouse des idées d'extrême droite.
Des militants de la Meute et de Storm Alliance 02, deux groupes qui soutiennent défendre les « valeurs québécoises », y ont déjà annoncé leur participation.
Des marches semblables doivent se tenir dans plusieurs autres villes de la province et du pays, si l'on se fie à la soixantaine d'événements Facebook du genre créés par la CCCC. Une marche est aussi annoncée à Alma, à midi, au départ de l'hôtel de ville. Des militants progressistes ont ressenti le besoin de se rencontrer la semaine dernière pour se mobiliser et s'organiser face à l'annonce de ces événements. Ils jugent que les protagonistes de ces marches tiennent un discours contraire aux valeurs énoncées dans le nom de l'événement, et qu'ils se cachent plutôt sous le couvert du racisme, du rejet de l'autre et du renfermement sur soi.
« Nous avons senti une urgence de nous rassembler à la suite des événements survenus à la mosquée de Québec et de la montée que l'on sent des groupuscules d'extrême-droite », a énoncé Cindy, une militante du groupe.
Elle et ses collègues souhaitent taire leur nom de famille, craignant des représailles et des menaces des groupes de droite, qui peuvent se montrer agressifs sur les réseaux sociaux, selon ce qu'ont vécu certaines de leurs connaissances.
Cindy est membre du Collectif Emma Goldman, un groupe qui se décrit comme « une organisation communiste libertaire ». Elle précise toutefois que le rassemblement se veut sans affiliation politique et qu'il vise à rassembler les forces progressistes dans un événement qui se veut pacifiste et sécuritaire.
Les militants souhaitent lancer un message en appui à des idéaux de « solidarité, d'égalité et de justice ».
« Nous voyons aussi le rassemblement comme une occasion de se parler et de donner des informations pour briser le discours haineux, ajoute pour sa part Nicolas, un étudiant engagé, anciennement membre du Collectif Emma Goldman. [...] Des gens vont là par ignorance, il faut leur présenter une alternative. Il ne faut pas juste réagir, il faut aussi réfléchir. »
Les deux militants ajoutent que leur groupe sera facilement identifiable sur place pour les personnes qui souhaitent se joindre à eux.
Itinéraire
Les participants à la marche pour la «liberté, la paix et la justice» qui se tiendra à Chicoutimi, samedi, prendront le départ à midi de l'hôtel de ville de Saguenay, emprunteront la rue Price Est, puis la rue Sainte-Anne, avant de se retrouver sur la rue Racine pour marcher jusqu'à la cathédrale de Chicoutimi, a indiqué le porte-parole de la Sécurité publique de Saguenay, Bruno Cormier, selon l'itinéraire fourni par les trois groupes connus devant faire partie des marcheurs.
Ils emprunteront le même chemin au retour. La marche doit se terminer vers 14 h, selon les informations publiées sur la page Facebook de l'événement. L'agent Cormier précise que le nombre de manifestants attendus peut être difficilement estimé, mais réitère que les policiers de Saguenay seront prêts et présents pour encadrer l'événement qui est annoncé comme étant pacifique.