La garderie l'Univers des tout p'tits sera finalement construite sur la rue Aimé-Gravel

L'Univers des tout p'tits, une garderie privée ouverte 24 heures sur 24, devrait finalement être construite sur la rue Aimé-Gravel, à La Baie, au lieu d'occuper le Centre communautaire Saint-Alphonse.
Le conseil d'arrondissement de La Baie a accepté le 29 novembre un changement de zonage sur le terrain. Le conseiller municipal Luc Boivin estime qu'il s'agit d'un beau projet pour le secteur.
La future propriétaire, Nadia Boudreault, qui évalue l'investissement à près d'un million de dollars, espère pouvoir commencer les travaux rapidement et ouvrir d'ici la fin février. «Tous mes papiers sont déjà prêts», assure-t-elle.
Le projet est donc un peu retardé, puisque la vente du centre communautaire baieriverain n'a pas été possible.
La nouvelle construction permettra aux enfants de bénéficier d'un environnement tout neuf et sur mesure. L'aménagement d'une salle multifonctionnelle et d'une cour extérieure figure dans les plans.
La garderie accréditée par le gouvernement offrira 80 places de jour, de soir, de nuit et la fin de semaine. «J'ai déjà une liste d'une centaine de parents intéressés», lance Mme Boudreault. Un service de halte-garderie, pour les personnes ayant des besoins sporadiques, sera aussi disponible.
Un groupe pour les enfants de 5 à 11 ans sera également créé pour les moments où il n'y a pas d'école.
«La garderie va répondre à un manque, croit celle qui opère déjà un service de garde sur l'heure du dîner. J'ai même de la demande pour en ouvrir une autre à Chicoutimi! Quand on facilite la vie des parents, les enfants en sortent gagnants.»
Des règles strictes d'hygiène et sécurité sont exigées par le ministère.
Les jeunes pourront rester à la garderie seulement un certain nombre d'heures d'affilée.
Quant aux enfants avec des besoins particuliers, ils seront sous la supervision d'éducatrices spécialisées.
Des activités de financement seront organisées pour leur permettre de participer aux activités spéciales, lors des journées pédagogiques par exemple, puisque la garderie ne recevra pas de subvention supplémentaire comme les centres de la petite enfance.
«Si la demande est là, on pense même faire un camp de jour l'été», ajoute Nadia Boudreault, elle-même mère de trois enfants.