Jean-Sébastien David,chef de l'exploitation chez Ariane Phosphate a fait part des derniers développements concernant le projet du lac à Paul.

La frilosité des banques dénoncée

La frilosité des banques canadiennes à prêter aux sociétés minières dans le cadre de grands projets d'exploitation en sol québécois incite les promoteurs à se tourner vers les investisseurs d'Asie, une situation que déplore le président de Blackrock Metals, Jean Rainville.
De passage à la troisième édition du Forum minier régional, tenu hier à l'UQAC, M. Rainville a rappelé que l'entreprise est sur le point d'aller de l'avant avec son projet d'ouverture d'une mine de fer au lac Doré, dans la région de Chibougamau, à la suite de l'obtention, en décembre dernier, de sa certification d'autorisation environnemental. La future mine, dont la durée de vie est prévue pour 30 ans, doit produire 30 000 tonnes par jour de concentré de minerai de fer. L'année 2014 devait être marquée par l'inscription en bourse de la société. M. Rainville a précisé que le financement du projet d'environ 1 G$ est en bonne voie d'être réalisé. « Environ 20 % du financement proviendra du Canada et 80 % de l'étranger. C'est malheureux et déplorable. L'argent n'est pas ici. On passe 80 % de notre temps à faire du démarchage », a-t-il déclaré devant l'auditoire formé de spécialistes, étudiants et autochtones.
En entrevue, M. Rainville ajoute que, depuis 2008, la conjoncture ne s'est pas vraiment replacée puisque les banques ne sont pas prêtes à investir. « Les banques font tellement d'argent dans les services à la clientèle qu'elles ne prêtent plus », a déclaré M. Rainville.
M. Rainville a fait part de ses frustrations face à la machine gouvernementale en souhaitant que les gouvernements apportent des balises sur le concept d'accessibilité sociale afin d'éviter que des groupuscules ne bloquent des projets d'importance. Le dirigeant s'inquiète des compétences nouvelles qu'auront les municipalités face aux travaux d'exploration minière.
100 millions $
Tel qu'annoncé dans le passé, BlackRock devra investir 100 M$ à Saguenay pour transporter son minerai au quai de Grande-Anse. M. Rainville a déclaré que les plans et dessins du système de transbordement sont presque complétés en vue de son aménagement en 2015-2016. Le minerai transporté par train sera déchargé à Grande-Anse avec l'utilisation d'un système de rotation des wagons puis acheminé par convoyeur jusqu'à un entrepôt construit près du quai. « On aimerait choisir des équipements qui proviennent d'ici, mais souvent on est restreints par les banquiers lorsqu'il ne s'agit pas de systèmes provenant de fournisseurs déjà éprouvés. »
Pour ce qui est de l'utilisation des chemins de fer du CN et du Roberval-Saguenay, M. Rainville a mentionné que les discussions se poursuivent bien. Du côté de Roberval-Saguenay, M. Rainville a ajouté que des restrictions ont été demandées quant aux heures de passage des convois ferroviaires.