La fin pour le 21 Price

L’incendie survenu le 13 décembre à la maison de chambres du 21 Price aura eu raison de l’immeuble. Il disparaîtra du paysage du centre-ville dès jeudi.

Mercredi, une pelle mécanique de l’entrepreneur JMG est apparue sur le terrain afin de préparer l’opération de démolition. Une butte de sable y a été amenée afin de permettre au bras mécanique d’atteindre le sommet de l’immeuble.

Présent sur les lieux, le propriétaire de l’immeuble depuis deux ans, Raynald Pelletier, a indiqué que c’est un mégot de cigarette abandonné à la chambre 15 qui est à l’origine de l’incendie qui a détruit six des 36 unités de chambre. Selon lui, il était devenu impossible économiquement de rénover l’immeuble construit dans les années 40. Selon les estimations de M. Pelletier, il en aurait coûté un million de dollars pour rénover le bâtiment tandis que le coût de reconstruction à neuf s’élevait à 1,8 M $.

Lors de notre visite, le couple formé de Réjean Fillion et Nancy Caron, cette dernière étant connue sous le surnom « Souris », ramassait les derniers effets personnels laissés dans la remise.

Nancy Caron, connue sur le nom de Souris, et son conjoint Réjean Fillion sont venus ramasser leurs derniers effets personnels à la veille de la démolition du 21 Price à Chicoutimi.

« Ça faisait neuf ans que j’habitais là au troisième étage. J’ai trouvé ça dur au début, le temps de me reloger », témoigne-t-elle. Elle habite maintenant avec son conjoint dans une habitation à loyer modique de l’Office municipal d’habitation de Saguenay (OMH).

En neuf ans de résidence au 21 Price, Mme Caron avoue avoir vécu toutes sortes d’événements ayant plusieurs fois nécessité la présence policière.

Raynald Pelletier, propriétaire de l’immeuble, a indiqué qu’un de ses chambreurs est demeuré pendant 21 ans dans l’immeuble qu’il a acquis il y a deux ans.

« C’était surtout au premier et deuxième étage que ça brassait. C’était des brosses à ne plus finir, de la dope, des seringues, de la merde après les murs. J’étais fatiguée à la fin. Je rattrape le temps perdu », affirme-t-elle. Elle avoue aujourd’hui vivre beaucoup mieux dans un logement plus neuf.

La démolition du 21 Price devrait débuter tôt jeudi et nécessitera neuf heures de travail. Les résidus de l’immeuble devraient être transportés dans la région de Québec, a précisé M. Pelletier. Ce dernier ne sait pas encore comment il disposera du terrain devenu vacant.