La fête lancée au Festival des bières du monde de Saguenay

Il y avait une ambiance de début de vacances, jeudi, lors du premier programme de spectacles concocté par le Festival des bières du monde de Saguenay. Au menu, trois groupes et autant de versions de la musique de fête. Avec Creedence Cleerwater Revisited (CCR), Irvin Blais et, quelques pas plus loin, la musique dansante de Galaxie, tous les ingrédients étaient réunis pour bien lancer la 11e édition de l’événement brassicole.

Le bassiste de CCR et seul membre original de la formation présent à Chicoutimi, Stu Cook, avait promis lors d’une entrevue avec Le Quotidien, de jouer «tout CCR, toute la nuit», et il n’avait pas menti. Sur le coup de 22h, le groupe est entré sur scène et a joué tous ses classiques, les uns après les autres, dans une avalanche de hits.

Après Irvin Blais, le groupe CCR a démontré qu’il était toujours aussi populaire en attirant une imposante foule jeudi soir.

«Cette chanson n’a pas besoin d’introduction, alors je serai bref», a lancé Stu Cook avant d’interpréter Who’ll stop the rain. La même chose aurait pu être dite à propos de la plupart des chansons qui ont été entonnées jeudi par ces vieux routiers du rock n’roll. Que ce soit Susie Q, Hey Tonight, Down on the corner, The midnight special, Proud Mary, ou I put a spell on you, le répertoire de CCR n’a effectivement plus besoin de présentation. Et il plaît à un public de toutes les générations.

On aurait cru que la tête d’affiche allait attirer un public âgé, nostalgique d’entendre de vieux succès. D’autant plus que CCR, qui a connu son heure de gloire dans les années 1960 et 1970, avait annoncé qu’il arrêtait la tournée quelques semaines plus tôt.

Cependant, un bon nombre de spectateurs présents n’étaient certainement pas nés quand le groupe était au sommet de sa popularité, mais ils s’étaient donné la peine de venir assister à ce dernier spectacle du groupe dans la région.

À la fin, le groupe qui ne s’est pas adressé à la foule très souvent, a laissé sa musique parler.

Selon le producteur de l’événement, Robert Hakim, plus de 7000 billets ont été vendus pour la venue de CCR.

Irvin Blais

Dès l’ouverture des portes, la foule s’est massée devant la grande scène de la Zone portuaire pour Irvin Blais. S’il n’était pas la vedette jeudi soir, il a livré une prestation devant les siens.

Il a tenu à remettre les pendules à l’heure, d’entrée de jeu.

« Je ne fais pas la première partie de CCR. C’est CCR qui fait ma deuxième partie », a-t-il dit, après avoir interprété quelques pièces.

En dehors de la boutade, le Gaspésien, qui a lancé 13 albums en 13 ans, n’avait pas complètement tort. Celui qui lançait les festivités a attiré son public et ses admirateurs. On les reconnaissait facilement à leur chapeau de cowboy et leurs bottes de cuir. Ils fredonnaient aussi toutes les chansons du chanteur country, du début à la fin, qu’ils connaissaient sur le bout des lèvres.

Irvin Blais a d’ailleurs pris un bain de foule quelques minutes avant de monter sur scène. Plusieurs de ses inconditionnels l’ont salué et l’ont approché le temps de lui serrer la main ou de prendre une photo.

À la fin du concert d’Irvin Blais, après une heure et demie de musique, l’avant de la scène était plein à craquer. Selon le producteur de l’événement, Robert Hakim, il y avait 7000 billets de vendus ce premier rendez-vous du Festival des bières du monde.

Même si la tête d’affiche était CCR, Irvin Blais avait plusieurs fans lors de la soirée d’ouverture du Festival des bières du monde de Saguenay.

Galaxie

Sur la scène gratuite, à l’autre bout de la Zone portuaire, le groupe Galaxie a attiré une autre faune, plus jeune, mais tout aussi enthousiaste.

La bande d’Olivier Langevin a entamé sa prestation par un jam, accentué par le travail du batteur et du percussionniste du groupe, avant d’enchaîner les pièces. Le ton était donné pour une soirée survoltée.

En prestation gratuite, le groupe Galaxie et son leader, Olivier Langevin, ont enflammé la Zone portuaire.