Trois membres de l'exécutif de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) (de gauche à droite), Jason St-Amour, Lauréanne Richer et Dominique Boudreault-Lapierre, ont rencontré Le Quotidien en compagnie du président de l'Association générale des étudiants du Cégep de Chicoutimi (AGECC), Raphaël Plourde.

La FECQ demande la révison du financement des cégeps régionaux

La Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) demande à Québec de revoir le financement des cégeps pour que ceux en région reçoivent plus d'argent par étudiant qu'à Montréal.
C'est ce qui ressort d'une entrevue avec le président de la FECQ, Jason St-Amour, qui effectue une visite de ses quelque 20 cégeps membres à travers la province. Il était de passage au Cégep de Chicoutimi où il a rencontré Le Quotidien avec le président de l'Association générale étudiante du Cégep de Chicoutimi (AGECC), Raphaël Plourde.
« Il y a moins d'effectifs dans une même classe. Le financement par étudiant coûte plus cher en région. Il faut moduler selon l'effectif. Ce n'est pas vrai que ça coûte la même chose ici qu'à Montréal », a expliqué Jason St-Amour. Ainsi, selon lui, les cégeps de la région devraient recevoir un plus gros montant par étudiant, ne serait-ce que parce que le coût pour donner un cours est sensiblement le même pour une institution qu'il y ait 20, 30 ou 60 étudiants dans une même classe.
Dans une mesure plus large, la FECQ demande de revoir au complet la formule de financement des cégeps. Pour l'instant, cette dernière comprend plusieurs paramètres, dont un montant fixe par cégep, en plus d'une somme allouée par étudiant. Elle permet aussi d'ajouter des sous par le biais d'ententes spécifiques. « La ministre (Hélène David) fait juste mettre des ''patchs'' avec des fonds spécifiques. (...) On a peur que d'ici les prochaines élections, elle reste dans le statu quo », a-t-il continué.
Le président de l'AGECC constate sur le terrain des effets directs du sous-financement dont souffriraient les cégeps. « Au Cégep de Chicoutimi, la responsable des services adaptés a de la difficulté à subvenir aux besoins. Aussi, avant on avait deux infirmières et on est rendu à une qui n'est pas là tous les jours », a-t-il indiqué.
Pour l'instant les cégeps de la région s'en tirent bien en attirant des étudiants internationaux pour garder des effectifs stables dans leurs classes, et ainsi garder le même financement. « Le problème réside selon dans la rétention de nos propres étudiants. La plupart des gens nous disent qu'ils vont quitter la région pour l'université. Il y a un problème dans la région qui fait que les étudiants ne restent pas. (...) Mais pour l'instant, on peut ''patcher'' avec les étudiants internationaux », a analysé le président provincial, en indiquant qu'il est plus difficile ici d'avoir des bonnes perspectives d'emploi.
Du côté de l'association locale, Raphaël Plourde relate que les étudiants internationaux sont très bien accueillis, autant par la direction que par l'AGEEC. « L'an dernier, on a fait approuver une politique d'intégration culturelle. Les étudiants internationaux, c'est très bien vu, car ils ont souvent des bons dossiers pédagogiques. Nous, à l'asso, on les aime beaucoup, car ils sont très participatifs. Ils voient plus l'importance de la vie étudiante », a-t-il mentionné.
Jason St-Amour a aussi plaidé en faveur d'attirer plus de gens dans la région à poursuivre leur cheminement scolaire jusqu'au cégep. « Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, il y a au moins 40 % des gens qui ne se rendent pas au cégep », a-t-il chiffré avant de reconnaître que plusieurs formations professionnelles offrent d'excellents débouchés dans la région.
La FECQ demande aussi à Québec de réserver une enveloppe de 15 M $ pour recruter plus d'élèves de première génération, soit des jeunes dont les parents n'ont pas accédé à des études supérieures.
Chicoutimi représentait le seul arrêt dans la région. Les étudiants du Cégep de Jonquière ne sont plus membres de la FECQ depuis une vague de désaffiliation survenue en 2012. Les associations à Saint-Félicien et Alma sont considérées comme membres inactifs pour le moment.