La durée de vie des avions CT-114 Tutor des Snowbirds sera étirée jusqu’en 2030.
La durée de vie des avions CT-114 Tutor des Snowbirds sera étirée jusqu’en 2030.

La durée de vie des avions des Snowbirds étirée jusqu’en 2030

Paul-Robert Raymond
Paul-Robert Raymond
Le Soleil
La tragédie de dimanche dernier en Colombie-Britannique, qui a coûté la vie à l’officier des Affaires publiques des Snowbirds, ramène sur le tapis le dossier du remplacement des avions CT-114 Tutor. Il semble que l’échéance de 2020, établie il y a plus de 10 ans, a été repoussée à 2030.

En avril 2009, l’auteur de ces lignes écrivait dans Le Soleil que l’équipe de démonstration aérienne de l’Aviation royale canadienne (ARC) volerait jusqu’en 2020 avec les Tutor, année à laquelle ils devaient être remplacés. Selon le rapport Snowbird Aircraft Replacement Project, rédigé en 2008 et obtenu à l’époque en vertu de la Loi sur l’accès à l’information, recommandait cette possibilité.

Selon des informations obtenues auprès de la Défense nationale, «la plus récente politique de défense de 2017, Protection, Sécurité, Engagement, a remplacé tous documents précédents et permettra aux FAC [Forces armées canadiennes] de disposer d’une armée souple, polyvalente et prête au combat, composée d’hommes et de femmes hautement formés et bien équipés».

Et selon un autre document fourni par les FAC, il en coûterait maintenant de 50 à 99 millions $ pour maintenir en état de vol les avions Tutors restants jusqu’en 2030. Un des documents ayant été replacé par la politique de 2017, selon la Défense nationale, est celui publié en 2015 qui évaluait entre 500 millions $ à 1,5 milliard $ le coût de remplacement des Tutor. Le programme devait commencer en 2017 et se déroulait jusqu’à la livraison finale s’étendant de 2026 à 2035. À l’époque, il était même question que le projet de remplacement soit lié au remplacement du programme d’entraînement en vol de l’Organisation du traité de l’Atlantique nord (OTAN) au Canada en 2020.

En ce moment, rien dans le Programme de formation du personnel navigant de l’avenir, actuellement en marche, ne laisse croire que le remplacement des Tutors y soit inclus. Quatre entreprises sont en lice dans ce processus d’appel d’offres de Services publics et Approvisionnement Canada: Babcock Canada Inc., Leonardo Canada, Lockheed Martin Canada Inc., SkyAlyne Canada Limited Partnership.

Âgés, mais bien entretenus

Les Snowbirds volent depuis 1971 avec les Tutor, construits dans la première moitié des années 1960.

Dans l’accident de dimanche dernier, la vidéo publiée dans les réseaux sociaux laisse croire à une perte de puissance du moteur J85. Mais il est évidemment trop tôt pour déterminer les causes exactes de l’écrasement qui a emporté la capitaine Jennifer Casey et blessé le capitaine Richard MacDougall à Kamloops. Les enquêteurs peuvent prendre jusqu’à un an, voire plus, avant de publier un rapport final.

Il ne demeure pas moins que les pilotes ayant volé sur cet appareil l’affectionnent et n’ont que de bons mots pour cet avion.

«Il y a des avions vieux de cinq ans qui me font plus peur que de voler dans un Tutor», commente Martin Hivon, pilote militaire à la retraite et maintenant gestionnaire de l’aéroport de Rivière-du-Loup. «C’est un avion très simple, très bien fait, très solide. C’est un avion dont le frame est pratiquement pas tuable et que les Forces armées canadiennes connaissent de fond en comble parce que ça fait des années qu’ils l’opèrent.»

M. Hivon a cumulé près de 2000 heures sur le Tutor avant de terminer sa carrière avec plus de 2000 heures sur le CF-18 au Canada et ayant volé aussi trois ans avec l’aéronavale américaine sur F-18.

«Chaque 400 ou 500 heures de vol ou chaque deux ans, les avions sont démontés jusqu’au dernier écrou et rebâtis», expliquait le lieutenant-colonel Mike French, le commandant du 431e Escadron de démonstration aérienne, l’unité des Snowbirds, lors de la conférence de presse tenue lundi à Moose Jaw, en Saskatchewan. «Après cette opération, nous avons des appareils remis à neufs. Chaque jour, nous effectuons un “B-check” et ces avions sont inspectés par des techniciens en avionique, en structure d’aéronef et en systèmes de sécurité. Ces gens s’assurent que l’avion peut voler et les pilotes font toujours une inspection prévol [walkaround].»

+++ 

Les CT-114 Tutor des Snowbirds ont été conçus par Canadair dans les années 1950 et construits dans la première moitié des années 1960.

LE TUTOR, UN AVION DES ANNÉES 1960

Conçu par Canadair à Montréal dans les années 1950, le premier CT-114 (ou CL-41) Tutor a été mis en service dans l’Aviation royale canadienne (ARC) en 1963. Le Canada avait passé une commande pour 190 avions en 1960. Les Tutor ont servi à l’entraînement avancé sur avion réacté des pilotes jusqu’en 2000.

Depuis, ils servent uniquement aux Snowbirds et à une unité basée à Cold Lake en Alberta, le Centre d’essais techniques (Aérospatiale). Dès lors, les Tutors ont été entreposés et attendent d’être remis en vol ou ne servent que pour des pièces de rechange.

Avant la réactivation du 431e Escadron de démonstration aérienne en 1971, les Tutors avaient servi aux Paladins du Centenaire, soulignant les 100 ans de la signature de la Confédération en 1967.

Selon l’ARC en date de juillet 2019, il restait toujours 26 Tutor en état de vol. L’an dernier, en octobre, le capitaine Kevin Domon-Grenier a dû s’éjecter de son avion pendant l’entraînement avant un spectacle aérien à Atlanta en Géorgie. Avec l’accident de dimanche, il en resterait 24.

Le rapport Snowbird Aircraft Replacement Project de 2008 recommandait le maintien des Tutor jusqu’en 2020 avant de les remplacer, après avoir analysé trois hypothèses.

Les deux autres possibilités étaient: l’entretien et le maintien des Tutor jusqu’en 2015 avec un remplacement soit par des jets CT-155 Hawk ou par des avions turbopropulsés à hélice CT-156 Harvard II. Ces deux avions servent déjà dans l’ARC dans le cadre du programme d’entraînement en vol de l’OTAN au Canada.

Un seul autre pays a acheté des CL-41 dans les années 1960, la Malaisie. Elle s’en est servi comme avion d’entraînement jusqu’en 1986, mais aussi comme avion d’attaque au sol.

Huit accidents mortels en 49 ans

La mort accidentelle de la capitaine Jennifer Casey, à Kamloops, en Colombie-Britannique, le 17 mai, est la huitième en 49 ans d’histoire des Snowbirds. D’ailleurs, l’équipe souligne sa 50e saison en 2020.

Le dernier accident mortel remonte à presque 12 ans. Voici la liste des autres personnes qui ont perdu la vie dans des accidents impliquant les CT-114 Tutor:

9 octobre 2008: Le capitaine Bryan Mitchell, 47 ans, et le sergent Charles Sénécal ont été tués durant un vol de formation à Moose Jaw, en Saskatchewan.

18 mai 2007: Le capitaine Shawn McCaughey, 31 ans, a perdu la vie durant un vol d’entraînement aux États-Unis à la Base des Forces aériennes de Malmstrom, au Montana.

10 décembre 2004: Le capitaine Miles Selby, 31 ans, a été tué dans une collision aérienne lors d’un entraînement de routine à Mossbank, en Saskatchewan.

10 décembre 1998: Le capitaine Michael VandenBos, 29 ans, est mort lors d’un entraînement près de Moose Jaw, en Saskatchewan, lorsque son avion a touché une aile d’un autre Tutor.

1989: Le capitaine Shane Antaya, 26 ans, a été tué dans un incident survenu lors d’un spectacle aérien à Toronto.

1978: Le capitaine Gordon de Jong, 32 ans, a perdu la vie lors d’un incident survenu pendant un spectacle aérien à Grande Prairie, en Alberta.

10 juin 1972: Le capitaine Lloyd Waterer, 24 ans, a été tué dans un incident survenu lors d’un spectacle aérien à Trenton, en Ontario.  Paul-Robert Raymond avec La Presse canadienne