Le soleil et la température clémente ont fait sortir les gens, dimanche, sur le territoire de Saguenay.
Le soleil et la température clémente ont fait sortir les gens, dimanche, sur le territoire de Saguenay.

La distanciation sociale au soleil

Eve-Marie Fortier
Eve-Marie Fortier
Le Quotidien
Le beau temps s’est fait ressentir, dimanche, dans les rues de Saguenay. De nombreux citoyens ont pu profiter du soleil dans les différents arrondissements de la Ville. La majorité d’entre eux semblaient être conscients de l’importance du respect de la règle de la distanciation sociale. Certaines situations rendent toutefois le respect du deux mètres plus contraignant.

Pour la famille Audet, originaire de Québec, mais emménagée au Saguenay pour le travail, le beau temps a permis la première sortie en public de leur chiot, Pixie. « C’est la première fois que nous nous promenons dans un lieu public extérieur depuis le confinement. Ça fait du bien de prendre l’air et de croiser des gens, mais ça nous donne également hâte de pouvoir faire des activités sans se soucier de rester loin des autres », a expliqué le père de la famille.

La distanciation sociale n’est pas toujours facile à respecter à certains endroits.

Selon les deux enfants, il est difficile de ne pas pouvoir voir leurs amis. Même s’ils ont la permission de faire du vélo avec un ami en gardant leur distance, ils ont eux aussi hâte de retrouver une certaine normalité sociale. « Avec le beau temps, c’est difficile de ne pas pouvoir se rassembler », a mentionné leur mère.

Outre les nombreuses familles qui se promenaient dans les rues de La Baie et Chicoutimi, plusieurs couples et personnes âgées semblaient apprécier le beau temps. Pour Denis Bérubé, originaire de Laterrière, le temps est long à l’intérieur, mais la température plus clémente facilite le confinement. « Maintenant qu’il fait beau, on peut sortir dehors et marcher, tout en restant à deux mètres des autres. Il faut vivre avec ça, on n’a pas le choix. On ne sait pas combien de temps il reste à cette distanciation sociale, alors aussi bien la respecter. »

Les pistes cyclables et les endroits pour marcher ont été pris d’assaut, dimanche, en raison du beau temps.

Skatepark

Certains lieux et activités rendent toutefois difficile le respect de la distanciation sociale. Les skateparks sont notamment des endroits propices aux rassemblements de jeunes et moins jeunes. Louis-Charles, 23 ans, et Kevin, 28 ans, ont mentionné avoir remarqué que les plus jeunes respectent moins la règle du deux mètres.

« Lorsqu’on prend le temps d’observer ceux qui viennent ici, on comprend rapidement que ceux qui arrivent avec une planche et qui veulent vraiment pratiquer le sport vont respecter les consignes. Le problème, ce sont les jeunes qui viennent ici pour socialiser et flâner », a expliqué Louis-Charles.

Pour plusieurs, le beau temps était l’occasion parfaite de prendre une bouffée d’air frais, tout en respectant les mesures de distanciation sociale.

Selon les deux jeunes hommes, cette situation est dommage, puisque les skateparks risquent de devenir un lieu interdit en raison de ceux qui ne respectent pas la règle. « C’est plate, parce que je pense que ça prend des espaces extérieurs pour passer au travers le confinement. Il faudrait trouver un autre moyen que la fermeture, parce que si certains jeunes ne peuvent plus faire de la planche, je ne sais pas ce qu’ils feront », a mentionné Kevin.

La distanciation sociale n’est pas toujours facile à respecter à certains endroits.
Quoi de mieux que le soleil pour effectuer une marche en famille?