La crise a forcé la Direction de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean à ajouter près de 70 nouvelles ressources. Des gens qui travaillent désormais dans des bureaux aménagés dans le pavillon principal de l’Université du Québec à Chicoutimi.
La crise a forcé la Direction de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean à ajouter près de 70 nouvelles ressources. Des gens qui travaillent désormais dans des bureaux aménagés dans le pavillon principal de l’Université du Québec à Chicoutimi.

La Direction de la santé publique déménage à l’UQAC

Laura Lévesque
Laura Lévesque
Le Quotidien
La Direction de la santé publique du Saguenay-Lac-Saint-Jean (DSPu) a déménagé ses pénates dans l’enceinte de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Plus de 80 employés et professionnels de la santé, dont une douzaine de médecins, travaillent dans le Pavillon principal de l’établissement d’enseignement.

L’équipe de la DSPu compte une centaine de personnes réparties sur tout le territoire régional. Mais la crise a forcé l’ajout de plus 70 ressources supplémentaires pour gérer les éclosions et les enquêtes épidémiologiques.

«L’équipe des maladies infectieuses, qui réalise les enquêtes épidémiologiques, compte habituellement moins de 10 personnes en temps normal, dans nos bureaux situés au 599 rue Hôtel-Dieu. Mais la configuration des locaux était trop exiguë pour l’augmentation des équipes et respecter les mesures de distanciation physique. Il nous fallait donc plus d’espace pour la période actuelle», précise Amélie Gourde, Agente d’information au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CIUSSS).

Un gardien de sécurité a été embauché pour gérer les allées et venues dans l’UQAC. Seules les personnes autorisées peuvent se rendre dans ces bureaux temporaires.

Des travaux d’aménagement ont été réalisés pour permettra aux gens de la DSPu d’y travailler. «Nous avons déménagé des ordinateurs et des téléphones. Des stations désinfectantes ont aussi été installées dans tous les corridors», précise Mme Gourde.

L’UQAC a quant à elle prêté le mobilier de bureau à ses nouveaux locataires.