La conférence de presse de Saguenay annonçant la 26e édition de la Grande guignolée des médias a réuni beaucoup d’acteurs. Il y avait Bertin Riverin (Soupière de Chicoutimi), Gaston Côté (Soupière de Jonquière), Mgr André Rivest (président d’honneur), Patrick Gaudreault (Maxi Jonquière), Raymonde Pedneault (Soupière de Jonquière) et Dominick Béland (Jean Coutu Jonquière).

La dernière guignolée de Mgr Rivest

La grande guignolée des médias sera de retour pour la 26e année, le 7 décembre, sous la présidence d’honneur de monseigneur André Rivest. Et question d’amasser plus de fonds, un spectacle de Gregory Charles sera présenté le soir même au Théâtre Banque Nationale.

Encore une fois, la grande collecte se déroulera simultanément à Saguenay, Alma, Dolbeau-Mistasini et Saint-Félicien. Rappelons qu’année après année, les résultats pour le Saguenay-Lac-Saint-Jean sont parmi les plus impressionnants au Québec. 

« Si on regarde per capita, nous sommes la région la plus élevée au Québec presque chaque année. Les gens ici sont d’une grande générosité », a indiqué monseigneur André Rivest, qui assumera la présidence d’honneur pour la dernière fois, alors qu’il sera remplacé par monseigneur René Guay à titre d’évêque de Chicoutimi le 2 février prochain. Il a d’ailleurs indiqué que même lorsque les temps sont difficiles, les Saguenéens et les Jeannois demeurent généreux, et même plus. « L’année de la fermeture de l’usine à Dolbeau-Mistassini, ç’a été l’année où ils ont le plus donné, malgré leur incertitude », s’est-il rappelé.

Mgr André Rivest occupait le poste de président d’honneur avec joie depuis qu’il a succédé à monseigneur Jean-Guy Couture en 2004. « Il y a un petit pincement au cœur. J’ai appris à apprécier cette organisation, j’ai appris à connaître les gens. Il y a toujours une coupure à vivre. Si Dieu me prête la vie, je vais continuer à vous aider. Je compte bien être encore sur un coin de rue », a-t-il envisagé, lors d’un entretien téléphonique avec Le Quotidien.

L’Évêché de Chicoutimi est impliqué au premier plan dans l’organisation de l’événement. « C’est une belle occasion, mais personnellement on ne va pas se servir de l’événement pour faire de la promotion. Mais on essaie d’aller chercher le meilleur des gens. Pour l’Église, il s’agit d’un événement en or, car les gens ont encore un fond religieux au fond du cœur, cette générosité, dans la région », a fait part celui qui portera dorénavant le titre d’évêque émérite de Chicoutimi.

Un spectacle

Pour une deuxième année consécutive, un spectacle-bénéfice se tiendra alors que Gregory Charles sera en prestation le 7 décembre à 20 h au Théâtre Banque Nationale. Les billets sont en vente au coût de 50 $. L’activité est présentée grâce à la collaboration de Via Capitale Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Il y aura également une nouveauté cette année alors qu’il sera possible de faire des dons par message texte (texto). Il suffira d’envoyer le message « Noël Saglac » au numéro 20 222 pour faire automatiquement un don de 5 $.

L’an dernier, un grand total de 234 803 $ avait été récolté dans la région. Tous les profits sont versés aux sept soupes populaires de la région à Alma, Dolbeau-Mistassini, Chicoutimi, La Baie, Jonquière, Arvida-Kénogami et Saint-Félicien. 

En plus de celle des médias, Mgr Rivest a tenu à rappeler que la Société Saint-Vincent de Paul tiendra sa propre Guignolée (l’originale) le 3 décembre alors qu’ils passeront par les domiciles pour récolter des dons. « La Saint-Vincent de Paul, ils ont autant d’importance, et peut-être plus que la grande guignolée des médias. Ils sont là 12 mois par année, pour soutenir les personnes appauvries. Ça fait tellement d’années qu’ils sont là. Comme disait ma mère, on les oublie comme la chaise berçante dans le coin de la cuisine », a conclu avec humour Mgr Rivest.