Des résidences sont encore vulnérables aux vagues dans le secteur du Bôme à Saint-Méthode.

La décrue du lac Saint-Jean est bien entamée

Le pire semble avoir été évité autour du lac Saint-Jean. Le niveau à la baisse du plan d'eau fait pousser un soupir de soulagement aux riverains, aux élus et à la Sécurité civile.
« Le niveau est rendu à 17,4 pieds et il devrait être à 16,5 pieds vendredi. De plus, la météo ne prévoit pas de vents forts. La situation est au-delà de nos espérances. La situation s'améliore énormément. Par contre, nous allons rester vigilants jusqu'à la fin », a indiqué la directrice régionale par intérim de la Sécurité civile, France-Sylvie Loisel.
Pour preuve, le nombre de résidences inondées, principalement par la montée de la nappe phréatique à Sainte-Jeanne-d'Arc et Saint-Ludger-de-Milot, est passé de 139 à 53. « Les débits dans les rivières sont moins élevés. La décrue est bien entamée. Le niveau du lac va continuer de baisser, car il va sortir plus d'eau qu'il en entre », a-t-elle ajouté.
Bien que la situation semble s'améliorer, les citoyens doivent rester aux aguets et laisser encore quelques jours les sacs de sable sur les terrains. « Il y a des gens qui étaient prêts à enlever les sacs aujourd'hui (hier). On leur a dit d'attendre quelques jours, car on ne sait pas ce qui peut arriver s'il se met à venter fort. Par contre, la situation est sous contrôle dans notre municipalité », mentionne le maire de Saint-Gédéon, Jean-Paul Boucher. Nous avons environ cinq résidences inondées et il s'agit d'infiltration pas trop grave dans les sous-sols. Ce sont les secteurs du Relais Bernache et Pointe du Lac qui étaient les plus problématiques et il y a une nette amélioration », ajoute-t-il.
Saint-Félicien
À Saint-Félicien, la situation était un peu moins préoccupante pour les résidences situées dans le secteur du Bôme de Saint-Méthode. 
« Le niveau d'eau a baissé. Nous surveillons toujours la situation de près. Ce sont plus les vents d'est qui nous inquiètent. Avec un niveau élevé et de bons vents, les vagues pourraient causer des problèmes. C'est déjà arrivé dans le passé », a affirmé le directeur du service incendie, Olivier de Launière.
Quelques résidences étaient toujours ceinturées d'eau et des pompes étaient utilisées pour vider l'eau des sous-sols. Pour les résidences situées très près du lac Saint-Jean et de la rivière Mistassini, l'eau se trouvait à quelques pouces de monter sur les terrains. Les digues aménagées seront utiles si jamais des vents se manifestaient.
Opération nettoyage
Maintenant que la situation se résorbe, les riverains et les localités devront amorcer le nettoyage des berges. À Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, les débris qui se sont retrouvés sur les terrains des citoyens sont imposants. « À certains endroits, ça va prendre de la machinerie. Les gens ne pourront pas faire ça tout seuls. C'est pour ça que j'ai demandé une aide financière au ministre Coiteux. Par contre, ça ne presse pas d'enlever ces débris, car ils servent de barrière dans certains cas pour éviter l'érosion », a souligné le maire Lawrence Potvin.
Les municipalités et les ministères concernés vont travailler avec les citoyens pour les accompagner pour la phase de rétablissement notamment concernant l'utilisation des puits de surface.
Pour ceux qui ont subi des pertes matérielles, ils pourront faire une demande d'indemnisation.