La CS du Pays-des-Bleuets va revoir sa politique de transport pour les enfants en garde partagée

La CS du Pays-des-Bleuets va revoir sa politique

Pas toujours facile d’offrir le transport scolaire pour tous les enfants en garde partagée sur un grand territoire quand plusieurs élèves déménagent chaque année. Pour améliorer ses services aux parents, la Commission scolaire du Pays-des-Bleuets (CSPB) compte revoir sa politique afin de rendre le processus plus facilitant.

En juin dernier, Marie-Ève Bouchard a complété une demande de transport pour la garde partagée de son fils de 13 ans qui allait commencer ses études secondaires à la Cité étudiante de Roberval. On demande alors de le transporter à deux adresses différentes : une à La Doré et une autre à Sainte-Hedwidge. À la fin du mois d’août, on lui confirme le transport… avant se de faire rappeler une semaine plus tard pour se faire dire qu’il n’y avait plus de place pour son enfant.

Marie-Ève Bouchard contacte alors le régisseur des transports, la direction de l’école et le protecteur de l’élève. Pour assurer le transport de son enfant à partir de La Doré, on lui propose de changer d’adresse de répondant principal. Ce faisant, c’est le père du garçon qui perdait sa priorité de transport, si jamais de nouveaux élèves venaient à déménager dans son secteur.

La garde partagée est un phénomène de plus en plus fréquent, admet d’emblée Annie Tremblay, directrice générale adjointe de la CSPB, et c’est pourquoi la CS offre la possibilité d’ajouter une deuxième adresse sans frais, à certaines conditions. Le parcours doit être déjà offert et il doit y avoir suffisamment de places.

« Chaque année, les parcours changent et plusieurs parents oublient de nous informer de leur déménagement, explique Mme Tremblay. Avant de pouvoir faire des accommodements pour les élèves en garde partagée, il faut s’assurer de pouvoir transporter tous les élèves. » C’est ce qui explique les délais que vivent parfois les parents ayant la garde partagée de leur enfant.

Dans le cas actuel, l’enfant peut désormais voyager à partir de Sainte-Hedwidge, mais sa place n’est pas garantie pour l’année entière. « Nous devons garder des places disponibles au cas où des élèves déménageraient dans le secteur », note Mme Tremblay. De plus, la CS doit garder des places disponibles pour des élèves étudiants au DEP qui pourraient décider de retourner à la Cité étudiante, ajoute cette dernière.

« C’est réglé pour cette année, mais tout sera à refaire l’an prochain », se désole Marie-Ève Bouchard.

Même s’il est difficile de prévoir les déplacements des élèves en été et de satisfaire tous les parents résidant sur un si grand territoire, la CSPB compte tout de même revoir sa politique de transport scolaire. « On veut se pencher là dessus pour être plus facilitant pour les parents », conclut Mme Tremblay, en admettant qu’il n’y a pas de solutions magiques pour plaire à tout le monde.

La Commission scolaire des Rives-du-Saguenay offre un accommodement similaire à la CSPB, lorsque des places sont disponibles dans l’autobus.