Stéphanie Frenette, l’accusée dans ce dossier.
Stéphanie Frenette, l’accusée dans ce dossier.

La Couronne demande un ajournement dans le procès de Stéphanie Frenette

Patricia Rainville
Patricia Rainville
Le Quotidien
La Couronne, qui avait conclu sa preuve mardi dans le procès de la gardienne Stéphanie Frenette accusée de voie de fait grave à l’endroit d’un bébé de 23 mois, a demandé un ajournement jusqu’à jeudi matin. Les motifs de cette demande n’ont pas été expliqués.

Le procès de Stéphanie Frenette devait reprendre mercredi matin, avec le premier témoin de la défense de Me Julien Boulianne. Rapidement, la procureure de la Couronne au dossier, Me Nicole Ouellet, a demandé au juge qui préside le procès, Michel Boudreault, un ajournement jusqu’à jeudi matin. 

La procureure n’a pas expliqué les motifs de cette demande. L’avocat de Stéphanie Frenette, Me Julien Boulianne, n’a pu, non plus, expliquer la cause de cet ajournement, affirmant que ce n’était pas sa décision. 

La Couronne avait officiellement conclu sa preuve, mardi après-midi, avec le témoignage d’un neurologue pour enfants du CHUL, qui appuyait la thèse du bébé secoué, comme l’avaient fait une pédiatre et une ophtalmologiste pédiatrique, lundi. 

La défense fera entendre quant à elle un expert qui affirme que l’enfant a souffert d’une infection. Ce témoignage doit être entendu jeudi.

L’accusée n’était pas présente mercredi matin au Palais de justice de Chicoutimi, puisque le juge en avait été informé la veille en soirée.