Les cofondateurs d’Eva Dardan Isufi et Raphaël Gaudreault.
Les cofondateurs d’Eva Dardan Isufi et Raphaël Gaudreault.

La coopérative de transport Eva fera son entrée à Saguenay le 11 octobre

Samuel Duchaine
Samuel Duchaine
Le Quotidien
La coopérative Eva, une application qui offre des services de transport, fera son entrée à Saguenay à compter du 11 octobre. Il s’agira de la troisième ville desservie par l’entreprise québécoise, qui se veut l’unique concurrente provinciale au géant Uber, et dont le cofondateur, Raphaël Gaudreault, est originaire de Saguenay.

Lancée à Montréal en mai 2019, l’initiative québécoise est une alternative au service de taxi traditionnel, offrant des transports économiques et socialement responsables, puisque la quasi-totalité des revenus va aux chauffeurs. Il s’agit officiellement du premier service du genre dans la région, mais Uber a déjà démontré de l’intérêt pour attaquer le marché de Saguenay dans les mêmes dates.

« Ce qui nous amène à lancer le projet à Saguenay, c’est l’absence d’Uber dans la région et le fait qu’ils ont de l’intérêt à le faire. Ils le feront, mais je ne veux pas que ce marché-là soit à un géant américain. On veut que ce soit notre coopérative québécoise qui perce dans le marché de Saguenay », a expliqué Raphaël Gaudreault.

Le jeune entrepreneur de 24 ans avoue qu’il y a également l’amour de sa région natale qui a aidé dans la décision de s’établir à Saguenay, après Montréal et Québec. « J’ai grandi au Saguenay, alors on se concentre sur cette région-là. Ça a une valeur émotionnelle pour moi. De plus, en étant une jeune coopérative, on n’a pas les ressources pour pouvoir lancer partout au Québec. »

Il croit que les services d’Eva seront bénéfiques pour la région et combleront un besoin. « Moi même j’ai vécu ça attendre un taxi pendant une heure. Quand on sort sur la rue Saint-Dominique à Jonquière ou la rue Racine à Chicoutimi, je suis sûr qu’il y a une place pour une solution comme la nôtre. Avec l’université et les deux cégeps, il y a beaucoup de jeunes, mais c’est aussi très intéressant pour les moins jeunes. De voir en temps réel le conducteur, où il est rendu, c’est une expérience client très satisfaisante et ça n’existe pas sur le marché saguenéen. »

Eva est l’unique compétiteur du géant américain Uber.

En plus d’offrir le service de transport, Eva offrira également le service de livraison, mais M. Gaudreault ne sait pas encore à quelle date il sera offert. « Ce ne sera pas dès le 11 octobre, mais selon les résultats du transport de personnes, on va regarder pour instaurer les livraisons. C’est un service qu’on a proposé à Montréal, et la réponse des commerces a été très positive, alors c’est sûr qu’on veut l’offrir à Saguenay aussi. »

Une option québécoise

Parmi les raisons que Raphaël Gaudreault donne pour préféré Eva à Uber, on y retrouve l’aspect local qui pour lui, est très important. « Il ne faut pas laisser le marché à un géant irresponsable. Avec Uber, Facebook et Amazon qui en prennent toujours plus, il faut créer nos propres solutions, car nous en sommes capables. Eva est une application québécoise qui facilite vos vies tout en faisant fleurir l’économie d’ici. »

Autre facette intéressante, Eva offre des courses à prix fixe, ce que son principal compétiteur ne fait pas. « Uber utilise un système qui fait en sorte que lors des soirs achalandés, le prix augmente de deux fois voir même trois fois le prix initial. De notre côté, on paie des gens à l’heure lors des périodes achalandées et nos prix restent les mêmes, et ils sont plus bas. On n’est pas une grande entreprise américaine qui traîne des millions de dettes, alors on a l’agilité pour offrir des prix abordables. »

À la recherche de chauffeurs

La coopérative est d’ailleurs à la recherche de membres pour offrir ses services. M. Gaudreault croit que le système de coopérative est très avantageux. « Nos chauffeurs, étant membres de la coopérative, ont un pouvoir démocratique sur nos services dans la région. Ils sont propriétaires de la compagnie. »

Il invite d’ailleurs les chauffeurs de taxi à offrir leurs services via Eva. « On autorise les chauffeurs de taxi et on les encourage à se joindre à nous. Je pense que nos deux services sont complémentaires. »

Pour envoyer sa candidature, Raphaël Gaudreault invite les gens à le contacter via l’adresse courriel contact@eva.coop ou directement sur la page Web de la coopérative.