Le porte-parole de la Coalition Fjord, Adrien Guibert-Barthez

La Coalition Fjord manifestera avant le conseil municipal de Saguenay

La Coalition Fjord a dénoncé, dimanche, le projet de résolution d’appui au mouvement Je crois en ma région qui se retrouve à l’ordre du jour du conseil municipal de lundi soir. Une manifestation est prévue lundi devant l’hôtel de ville.

La Coalition a mentionné, par voie de communiqué, trouver « cette complicité inquiétante pour la démocratie », laquelle « révèle les ramifications tentaculaires entre le promoteur de Gazoduq/GNL ». Un diagramme inclus dans le communiqué explicite les nombreux liens qui unissent le cabinet de la mairesse Josée Néron au projet Énergie Saguenay, le moteur principal derrière le mouvement Je crois en ma région, selon Adrien Guibert-Barthez, porte-parole de la Coalition Fjord.

« Si ce n’est pas pour défendre le projet de GNL Québec, c’est pour quoi alors ?, questionne M. Guibert-Barthez. Le seul grand projet qui n’a pas obtenu l’approbation encore, c’est GNL. La seule autre réponse possible, c’est pour que le gouvernement mette plus d’argent dans des projets comme celui-là, ce qui est aussi inacceptable. »

Parmi les élus ciblés par le diagramme, on note la mairesse de Saguenay, Josée Néron, qui est aussi administratice chez Promotion Saguenay – l’organisme de développement économique finance le mouvement Je crois en ma région –, le conseiller municipal Michel Potvin, président de Promotion Saguenay, le préfet de la MRC du Fjord-du-Saguenay, Gérald Savard, également administrateur chez Promotion Saguenay, et Stéphane Bédard, conseiller politique et président de Port de Saguenay.

La Coalition dénote également les liens qui unissent Port Saguenay à la Chambre de commerce et d’industrie Saguenay–Le Fjord (CCISLF), puisque le directeur général de Port de Saguenay, Carl Laberge, est également le président de la CCISLF.

L’organisme souligne dans son communiqué que « le devoir des élus municipaux et des représentants des organismes publics, étant donné qu’ils représentent l’ensemble de la population, est de faire preuve de neutralité, en particulier devant des projets aussi controversés, afin de poser un regard et une réflexion éclairés sur les impacts réels du projet à court, moyen et long termes ».

Pour Adrien Guibert-Barthez, il est clair que les élus ne peuvent pas à la fois appuyer Je crois en ma région et exercer leur rôle politique. « On se rend rapidement compte que les élus du Saguenay sont proches des acteurs économiques [de la région], ce qui remet en cause leur neutralité et leur lucidité quant aux réalités du projet. »

Il ajoute : « Même si le processus du BAPE (Bureau d’audience publique pour l’environnement) n’est pas commencé, on a déjà des études d’impact pour Énergie Saguenay. Ce n’est pas pour rien qu’il y a des scientifiques qui se prononcent. »

En plus de dénoncer le présumé manque d’éthique des élus de Saguenay, la Coalition Fjord déplore l’utilisation de fonds publics à des fins de promotion d’entreprise privée. « Ça n’a pas de rapport de mettre de l’argent public pour promouvoir un projet privé qui a déjà 24 lobbyistes pour faire sa promotion», martèle Adrien Guibert-Barthez.

À ceux qui insistent pour dire que le débat entourant GNL Québec est exclusif au Saguenay, il rétorque : «L’émission de GES, c’est un problème mondial. Il ne faut pas oublier qu’il y a un gazoduc de 780 kilomètres qui serait construit. C’est un projet qui touche tout le Québec. Tous les Québécois ont le droit et le devoir de se positionner contre ce projet-là.»

La Coalition Fjord invite les citoyens à prendre part à une manifestation qui aura lieu devant l’hôtel de ville, lundi, à 18 h, ainsi qu’à participer à la séance afin de faire part de leur mécontentement.

+

MICHEL POTVIN N'Y VOIT PAS DE PROBLÈME

En entrevue téléphonique avec Le Quotidien dimanche soir, le conseiller municipal et président de Promotion Saguenay, Michel Potvin, a laissé entendre qu’il ne voyait pas de contradiction entre le fait d’être un élu municipal et celui d’appuyer le mouvement Je crois en ma région.

Michel Potvin soutient que le mouvement de promotion économique n’est pas nécessairement lié à GNL Québec et qu’il a davantage un but informatif que promotionnel auprès du public. « Je crois en ma région, ce n’est pas juste à propos de GNL Québec. Ça appuie d’autres grands projets aussi. Métaux Blackrock et Arianne Phosphate, oui, ç’a été approuvé, mais il reste quand même certaines informations à obtenir, par exemple sur les moyens de transport. » 

Il réitère que les conseillers municipaux sont « pour le développement économique, mais pas à n’importe quel prix [environnemental] », précisant que le projet d’Énergie Saguenay se ferait « dans le respect des normes environnementales ».

Le conseiller souligne également que Je crois en ma région est une association de plusieurs corporations économiques et n’est pas uniquement lié à Promotion Saguenay. Questionné par Le Quotidien à savoir si un tel appui ne remettrait pas en question la neutralité des élus, Michel Potvin a simplement laissé tomber qu’un tel appui, « ça s’est déjà fait ».