La Coalition Fjord dresse un bilan positif de son année 2019 et appelle à la mobilisation à l’échelle provinciale pour 2020.
La Coalition Fjord dresse un bilan positif de son année 2019 et appelle à la mobilisation à l’échelle provinciale pour 2020.

La Coalition Fjord dresse un bilan positif

Émilie Morin
Émilie Morin
Le Quotidien
La Coalition Fjord a rendu public, mercredi, le bilan de 2019. L’organisme pose un regard positif sur cette année marquée par les tensions entourant le développement d’une usine de liquéfaction de gaz naturel à Saguenay.

« Depuis la création de la Coalition Fjord, un travail bénévole colossal a été accompli, et ce, sans financement public », a fait savoir la Coalition Fjord, par voie de communiqué.

Parmi les actions posées, l’organisme dénote six manifestations rassemblant de 300 à 3000 personnes chacune, 18 participations à des conférences, dont certaines organisées par la Coalition, six ateliers, neuf consultations publiques ainsi que plusieurs interventions médiatiques et au conseil municipal de Saguenay. La Coalition Fjord souligne également la mise en place d’une pétition contre GNL Québec, laquelle a reçu 54 000 signatures. Elle met également l’accent sur deux lettres ouvertes, signées respectivement par 160 scientifiques et 40 économistes et chercheurs en économie, toujours contre GNL Québec. Les actions posées par la Coalition Fjord lui ont valu de faire partie des 10 finalistes à la bourse Demain le Québec, octroyée par la Fondation David Suzuki.

L’organisme mentionne que ses efforts ont été récompensés, notamment par la rédaction d’un rapport du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et par plusieurs appuis provenant de divers collectifs de citoyens, organisations environnementales, regroupements scientifiques et partis politiques provinciaux et fédéraux.

La Coalition Fjord compte poursuivre sa mission en 2020 et appelle à la mobilisation citoyenne. « Les prochains mois seront cruciaux pour démontrer clairement l’absence d’acceptabilité sociale du projet GNL/Gazoduq. Si certaines élites locales prétendent parler au nom de l’ensemble de la population régionale, nous croyons qu’elles ne sont pas représentatives des citoyennes et citoyens du Saguenay–Lac-Saint-Jean. Nous nous invitons donc à continuer de faire entendre nos voix de façon non équivoque en cette nouvelle année. Considérant que les enjeux de protection des écosystèmes et des changements climatiques soulevés par ce projet concernent l’ensemble de la population québécoise, nous interpellons aussi les citoyennes et les citoyens du Québec à prendre position pour la protection du fjord et du climat. »