La Chocolaterie des Pères Trappistes fera don de son surplus d’inventaire de chocolat. Au total, plus de 800 enfants montréalais recevront une figurine en chocolat le matin de Pâques.
La Chocolaterie des Pères Trappistes fera don de son surplus d’inventaire de chocolat. Au total, plus de 800 enfants montréalais recevront une figurine en chocolat le matin de Pâques.

La Chocolaterie des Pères Trappistes fera don de chocolat

La Chocolaterie des Pères Trappistes fera don de son surplus d’inventaire de chocolat. Plusieurs centaines de figurines de chocolat de différents formats seront ainsi distribuées à des jeunes hébergés sous la Loi de la protection de la jeunesse à Montréal.

Au total, ce sont plus de 800 enfants montréalais qui recevront une figurine en chocolat le matin de Pâques.

La crise du coronavirus a poussé certains clients à diminuer drastiquement leurs commandes, créant ainsi un surplus important d’inventaire de figurines de Pâques.

« Avec la crise actuelle, c’est le moyen que nous avons identifié pour égayer la vie de gens dans le besoin. Ces personnes pourront ainsi partager un bon moment et perpétuer les traditions », a fait savoir dans un communiqué le directeur général Dominique Genest.

Une crise difficile

Le directeur général et copropriétaire de la chocolaterie avoue ressentir un certain stress financier relié à l’inventaire des chocolats déjà en circulation.

La production des figurines de Pâques était terminée et les livraisons avaient été effectuées à la fin du mois de février dernier.

À ce moment-là, tout s’annonçait comme une saison très intéressante. Les épiceries et les pharmacies de la province avaient rempli leurs tablettes de chocolat avant que la crise ne débute.

Maintenant, la chocolaterie risque gros si les consommateurs ne font pas leurs traditionnels achats de Pâques.

« Selon certaines ententes avec les grandes chaînes, notre risque est énorme si nos clients ne vendent pas toutes leurs figurines. Ceci étant dit, il faut relativiser les choses, la situation financière des gens est probablement beaucoup plus critique que la nôtre, nous ne voulons pas inciter les gens à acheter du chocolat en cette période. Si toutefois leur situation financière le permet, aider la chocolaterie, c’est acheter nos chocolats dans leur localité. Avec plus de 1000 points de vente partout au Québec, ça devrait bien aller!»