Si l’on se fie au dernier sondage mené par Mainstreet Research, la candidate de la CAQ dans Chicoutimi, Andrée Laforest, pourrait se retrouver à l’Assemblée nationale au terme des élections.

La CAQ en avance dans Chicoutimi

Après la circonscription de Lac-Saint-Jean jeudi, c’est au tour de celle de Chicoutimi d’être susceptible de changer d’allégeance lors des élections provinciales du 1e octobre. Non seulement la Coalition avenir Québec (CAQ) est devant le Parti québécois, mais son avance est considérable. Le PQ a main-mise sur Chicoutimi depuis la première élection de Marc-André Bédard en 1973.

C’est du moins le constat à la suite du sondage réalisé par la firme Mainstreet Research. Le 3 septembre, la firme de recherche a sondé 608 personnes et après répartition des 25,6 pour cent des indécis, la CAQ est loin devant avec 38,4 pour cent des intentions de vote, contre 25,9 points pour le Parti québécois. Le Parti libéral est troisième avec 18,7 points. Québec solidaire ferme la marche à 9,6 points. À noter que 7,5 pour cent des sondés voteraient pour un autre parti que les quatre nommés précédemment.

Mireille Jean, élue à l’élection partielle dans Chicoutimi à la suite de la démission de Stéphane Bédard en 2016, risque donc de perdre son siège selon les données colligées par Mainstreet Research. Il y a deux ans, la candidate de la CAQ, Hélène Girard, avait récolté à peine 12 pour cent des voix. Cette fois, c’est Andrée Laforest qui porte les couleurs du parti de François Legault. Marie-Josée Morency représente le Parti libéral et Pierre Dostie fait partie de l’équipe de Québec solidaire.

«En 2016, lorsque Mireille Jean s’est présentée, il n’y avait pas une grande présence de la CAQ au Saguenay-Lac-Saint-Jean, a rappelé le vice-président de Mainstreet, Steve Pinkus, contacté par Le Quotidien. Malgré les racines du Parti québécois et de la famille Bédard dans le comté de Chicoutimi, il semble que la vague de la CAQ menace de traverser le Saguenay-Lac-Saint-Jean. Si Chicoutimi tombe (pour le PQ), ça devient très significatif dans la région.»

Selon M. Pinkus, la notoriété de Mireille Jean, qui n’est pas la même que les Bédard, joue probablement en défaveur du Parti québécois.

«La population de Chicoutimi semble être en mesure de dire que c’est le temps d’un changement, a évalué le sondeur. Elle veut du changement et dans Chicoutimi, ça veut peut-être dire un changement de couleur politique.»

Steve Pinkus en convient, une avance de 12,5 points pour la CAQ dans une forteresse péquiste comme Chicoutimi, «ce n’est pas rien» et «c’est assez étonnant», ajoutant que le sondage avait été mené le 3 septembre, au moment où la CAQ a connu une baisse dans les intentions de vote.

«Depuis ce moment, la CAQ a rebondi de quelques points, a fait remarquer Steve Pinkus. C’est également un sondage assez récent donc on devrait pouvoir faire confiance à ces chiffres. C’est impressionnant et il faut tenir compte des données dans Chicoutimi, une circonscription qui devient assez représentative pour l’ensemble du territoire régional.»

La marge d’erreur du sondage menée par Mainstreet dans Chicoutimi est de 3,9 pour cent.

JONQUIÈRE À VENIR

Mainstreet Research dévoilera en début de semaine un sondage mené dans la circonscription de Jonquière. Un endroit où le péquiste Sylvain Gaudreault est roi depuis 2007.

«C’est quand même une vedette là-bas, donc on a hâte de voir ce que ça va donner comme résultat», a exprimé Steve Pinkus.

 

EN CHIFFRES

608 personnes sondées


CAQ: 38,4 %

PQ: 25.9 %

PLQ: 18.7 %

QS: 9.6 %

Autre parti: 7.5 %


Marge d’erreur à 3.9 %

Sondage réalisé le 3 septembre

25,6 pour cent des indécis ont été répartis