Andrée Laforest a été élue dans Chicoutimi.

La CAQ défonce la forteresse péquiste

Trois candidats caquistes ont été élus au Saguenay–Lac-Saint-Jean. Andrée Laforest (Chicoutimi), François Tremblay (Dubuc) et Éric Girard (Lac-Saint-Jean) ont convaincu les électeurs. Philippe Couillard (PLQ, Roberval) et Sylvain Gaudreault (PQ, Jonquière) ont résisté à la vague caquiste et ont été réélus.

La Coalition avenir Québec vient d’écrire un nouveau chapitre de l’histoire régionale. Le parti de François Legault a mis un terme à plus de 40 ans de domination péquiste dans Chicoutimi et Lac-Saint-Jean, mettant la main, en prime, sur la circonscription de Dubuc. Le Saguenay-Lac-Saint-Jean termine donc la soirée avec trois députés au pouvoir, les caquistes Éric Girard dans Lac-Saint-Jean, François Tremblay dans Dubuc et Andrée Laforest dans Chicoutimi.

Dorénavant, la forteresse péquiste sera défendue par un seul homme, Sylvain Gaudreault, qui fut d’ailleurs déclaré le premier élu du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Il n’a jamais senti son plus proche adversaire, Benoit Rochefort. Le député réélu de Jonquière a récolté 48,28 % des voix, presque 5000 de plus que le candidat caquiste. Le 7 avril 2014, Sylvain Gaudreault avait obtenu 43,37 % des votes, devançant par 5233 voix son plus proche rival, le libéral Tommy Pageau qui avait devancé la caquiste Mélanie Boucher par près de 1000 voix.

Mince consolation pour les libéraux, Philippe Couillard a été réélu dans sa circonscription de Roberval. Mais il n’a remporté que la moitié de son pari. Et parce qu’il ne sera plus premier ministre, la question qui se pose est : va-t-il rester député de Roberval ? Une question à laquelle il a continuellement refusé de répondre pendant les derniers jours de la campagne.

L’avance de M. Couillard a été confortable avec 42,46 %, avec 5088 votes de plus que la caquiste Denise Trudel, une femme originaire du Lac-Saint-Jean et demeurant maintenant à Québec, mais parachutée pour l’élection, qui a mené une campagne très discrète.

En 2014, M. Couillard avait obtenu la plus grosse majorité de la région avec 55,17 % des voix, 7052 de plus que le député péquiste sortant Denis Trottier. 

La fin d’un règne

Après avoir résisté à toutes les vagues, Chicoutimi, le château fort péquiste emblématique du Québec, a donc été emportée par la vague bleue caquiste.

Toutefois, il faut admettre que l’appui avait tout de même commencé à s’effriter à l’élection générale d’avril 2014 puisque Stéphane Bédard avait obtenu, tous partis confondus, la plus petite majorité de la région avec un peu plus du tiers des voix (34,48 %). Il n’avait devancé le libéral Michel Mallette que par 1605 votes et on peut se demander ce qui serait advenu si l’indépendant Marc Pettersen n’était pas allé chercher 3601 votes avec sa quatrième position derrière la CAQ.

La députée sortante Mireille Jean avait obtenu une plus grande majorité à l’élection partielle d’avril 2016 avec 46,72 % du vote, mais le taux de participation n’avait été que de 41,1 % contre 70,57 % à l’élection générale de 2014. En chiffres absolus, Mme Jean avait obtenu 8810 votes alors que M. Bédard en avait 11 245 deux ans plus tôt. Ça lui avait quand même permis de devancer la libérale Francyne T. Gobeil, une candidate fortement identifiée au maire Jean Tremblay, par 3110 voix.

Lac-Saint-Jean constitue l’autre surprise, puisque la forteresse érigée par Jacques Brassard en 1976 semblait imprenable, notamment parce qu’on y retrouvait le plus gros membership dans la Belle province.

Premier à être déclaré élu au Québec en 2012, Alexandre Cloutier avait eu une victoire plus modeste en 2014, devançant le libéral Pascal Gagnon avec 44,53 % du vote exprimé pour une majorité de 4828 voix. Là encore, la CAQ avait terminé troisième avec 18,42 % du vote.

Les solidaires progressent

Malgré un programme un peu en rupture avec les régions, Québec solidaire a progressé. Auparavant, aucun Solidaire n’avait obtenu plus de 8 % des voix et c’était le candidat de Chicoutimi Pierre Dostie, à la partielle de 2016 qui, grâce au faible taux de participation, avait pu atteindre cette marque avec seulement 1508 votes. À la générale de 2014, c’est également à Chicoutimi que QS avait fait le meilleur score, Réjean Godin recueillant 6,48 %.

En fin de soirée lundi, QS avait recueilli 12,94 % dans Chicoutimi, 12,08 % dans Dubuc, 7,22 % dans Jonquière, 14,36 % dans Lac-Saint-Jean et Luc-Antoine Cauchon, qui avait obtenu 0,68 % des voix en 2014 sous les couleurs d’Option nationale, a terminé la soirée avec 10,24 % dans Roberval.