Porte-à-porte, tournées des entreprises, visites de résidences pour personnes âgées ; la femme d’affaires Lina Boivin entend cumuler les rencontres avec les citoyens.

La candidate libérale Lina Boivin: l'accent sur le terrain

À un mois de l’élection partielle dans Chicoutimi-Le-Fjord, Lina Boivin mise définitivement sur une campagne terrain pour remporter le siège laissé vacant par Denis Lemieux.

Porte-à-porte, tournées des entreprises, visites de résidences pour personnes âgées ; la femme d’affaires entend cumuler les rencontres avec les citoyens. 

Même si son adversaire conservateur, Richard Martel, a entamé sa campagne depuis plusieurs mois, Mme Boivin ne sent pas qu’elle traîne de la patte.

« On connaît tous la fable du lièvre et de la tortue, image d’emblée Mme Boivin. Rien ne sert de partir vite. Vaut mieux être là, toute là quand il le faut. Et c’est ce que je fais présentement sur le terrain », répond la dame, connue pour ses nombreuses implications à Saguenay.

Pancartes

Le visage de la dame ne se trouve toujours pas sur les poteaux de la circonscription, contrairement à son rival, Richard Martel. Lina Boivin assure toutefois qu’il y aura des affiches qui seront installées au cours des prochains jours. 

« On a d’abord pris le temps de réfléchir sur cette stratégie. Et si on en faisait, on voulait bien les faire. Donc il est évident que cela a pris un peu de temps », précise Mme Boivin, laissant entendre que ses affiches seront dévoilées sous peu. La candidate libérale se lance pour la première fois en politique, mais elle y songe depuis plusieurs années, a-t-elle admis en entrevue avec Le Progrès. Elle est d’ailleurs une sympathisante libérale depuis bien longtemps. 

« Quand j’avais 20 ans, j’ai fait du porte-à-porte pour la candidature de Marcel Dionne (député libéral fédéral dans Chicoutimi). Mais la première fois que j’ai commencé à réfléchir à me lancer en politique, c’est en 2011. En 2015, j’ai aussi fait une réflexion, mais ce n’était pas encore le bon moment. Aujourd’hui, les astres sont alignés. Le momentum est là, personnellement et professionnellement. Je suis sur mon X », exprime celle qui pourrait devenir la première femme députée dans Chicoutimi-Le-Fjord. 

Est-ce que la candidate libérale prendra des engagements sur des projets précis à Saguenay ? Mme Boivin ne semble pas se diriger vers cette stratégie pour le moment. 

« Je vais m’engager avec les gens à faire avancer les dossiers, ça c’est certain », laisse tomber la candidate, qui endosse également toutes les politiques de Trudeau, dont la légalisation du cannabis.