Comme prévu, la «brosse de l'année» a attiré de nombreux jeunes, lundi soir, à Saint-Honoré.

La «brosse de l'année» à Saint-Honoré

Comme prévu, la «brosse de l'année» a attiré de nombreux jeunes, lundi soir, à Saint-Honoré. La fête a cependant failli mal tourner avant même d'avoir commencé. Les propriétaires de la sablière avaient décidé de fermer la barrière donnant accès au site, mais ils se sont finalement ravisés en début de soirée.
Selon la Sûreté du Québec (SQ), tout s'est déroulé dans l'ordre et aucun incident n'est venu ternir la soirée.
Lors du passage du Quotidien, à 22h, ils étaient entre 500 et 700 participants et la foule continuait de grandir à vue d'oeil. Sur les réseaux sociaux, des jeunes tentaient toujours de trouver un transport pour s'y rendre.
Tel qu'annoncé, policiers et pompiers étaient présents afin d'assurer la sécurité des gens.
«Nous sommes là pour faire de la prévention, a expliqué l'un des policiers de la SQ rencontré sur place. Le party a lieu sur un terrain privé, alors nous n'entrons pas sur le site. Nous leur rappelons cependant de ne pas conduire s'ils ont pris de la boisson», a-t-il expliqué, quelques instants avant de faire la circulation puisque l'affluence sur le site ne cessait d'augmenter.
La foule était composée majoritairement de mineurs, garçons et filles. Ils étaient éparpillés en petits groupes, avec de la musique. Un gros feu était allumé au centre du site et un autre était prêt pour plus tard dans la soirée, et ce, même si une interdiction de faire des feux à ciel ouvert est en vigueur dans la région. Les autorités avaient donné leur accord à l'organisateur, Bernard Blackburn, étant donné la configuration du site et la présence de pompiers sur les lieux du rassemblement. D'ailleurs, les pompiers et premiers répondants de Saint-Honoré étaient présents sur place de 19h à 7h, tout comme les policiers. Des travailleurs de rue ont également été aperçus au party.
La plupart des jeunes arrivaient avec leur voiture ou leurs parents. Taxis, véhicules tout-terrain, moto hors route et vélo ont également été vus sur les lieux. Plusieurs prenaient de l'alcool et certains fumaient de la marijuana. La soirée ne faisait que commencer, mais tout se déroulait dans l'ordre.
«C'est vraiment le fun d'avoir une soirée comme ça. C'est comme à l'avant-bal. On est plein de monde», a expliqué l'un des jeunes rencontrés sur place.
«Il y a des gens de Saint-Honoré, Chicoutimi-Nord, Chicoutimi, Jonquière. J'ai même entendu dire qu'il y en aurait du Lac ou de Montréal. Mais j'ai peur que ça finisse mal, qu'il y en ait qui veulent brasser», a souligné un autre.
Quant à la présence policière, elle ne semblait pas du tout les déranger. «Ils ne nous écoeurent pas. Ils nous disent bonjour à l'entrée et c'est bien correct de même.»
Les jeunes avaient d'ailleurs avantage à écouter leurs conseils, puisque les policiers tenaient un barrage routier contre l'alcool au volant un peu plus loin sur le chemin du Volair...