Philippe Dufour, de la microbrasserie Pie Braque, et Sylvie Brassard, du Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK), ont présenté avec fierté la nouvelle bière La chapelle.

La bière La Chapelle, un mariage parfait

Une église représente l’endroit idéal pour célébrer un mariage parfait. C’est exactement ce qui s’est produit mardi à la chapelle Saint-Cyriac lors de l’annonce de la mise en marché de la bière La chapelle, concoctée par la microbrasserie Pie Braque, qui servira à amasser des fonds pour la campagne de financement du projet de sauvegarde du lieu de culte construit en 1902.

« C’est un projet auquel on est très fier de participer, en étant la microbrasserie ancrée à Lac-Kénogami. On avait en tête de faire un brassin à cause sociale, c’est dans nos valeurs de la coopérative », a expliqué le directeur des opérations de la microbrasserie, Philippe Dufour, dont le fils a d’ailleurs été baptisé à cet endroit.

Ainsi, la bière servira à amasser des fonds au bénéfice de la campagne de financement pour la sauvegarde la chapelle Saint-Cyriac, qui deviendrait une salle communautaire multifonctionnelle.

Un total de 3400 bouteilles seront mises sur le marché et 50 sous par bière seront remis à la campagne, pour un total de 1700 $. Un montant additionnel de 300 $ proviendra de la vente de cette bière lors d’événements, alors que des barils ont également été réservés pour la servir en fût.

« On a voulu faire une bière qui était accessible, une bière d’été. On a brassé une bière de type grisette, qui se trouve à être une blonde belge légèrement acidulée, assez douce. C’est une bière traditionnellement brassée pour les travailleurs dans les mines en Belgique et en France. Donc, c’est une bière qui salue le courage des gens qui travaillent fort pour atteindre leur but », a-t-il imagé.

La distribution de la bière débutera dès cette semaine à la Coop de solidarité du Lac-Kénogami et dans les points de vente spécialisés de la région. Elle se poursuivra ensuite à plus grande échelle dans la région, révèle la documentation transmise par la microbrasserie.

En plus de s’appeler La chapelle, la bière porte le bâtiment saint sur son étiquette. « On a intégré le logo des Concerts de la chapelle Saint-Cyriac et on a conservé sa couleur originale », a-t-il mentionné. Le design a été réalisé par le graphiste Félix Deschênes, de Dclic Design, une entreprise voisine de l’usine située sur la rue Alexis-le-Trotteur à Jonquière. C’est le même graphiste qui a d’ailleurs réalisé l’oiseau emblématique qui sert de logo à la microbrasserie. Le nom fait également référence au barrage Pibrac sur la rivière aux Sables à Jonquière.

Cinquante sous par bouteille de bière La chapelle vendue seront remis à la campagne de financement pour sauver la chapelle Saint-Cyriac.

Une bonne semaine pour le projet

Les acteurs du projet de sauvegarde de la chapelle Saint-Cyriac passent une excellente semaine. Il y avait mardi le dévoilement de la bière; mercredi, il y aura l’annonce de la contribution de Promutuel Assurance du Lac au Fleuve lors d’une conférence de presse; jeudi, la mairesse de Saguenay, Josée Néron, pourrait annoncer la participation financière de la Ville dans le cadre du concert-bénéfice à la salle Pierrette-Gaudreault.

« On termine notre campagne de financement le 3 mai (jeudi). Je ne vous dirai pas tout de suite les résultats, mais on a fait une belle campagne. On est en partenariat avec la Ville de Saguenay, et la chapelle va rester », a annoncé avec confiance la responsable du Réseau des organismes de Lac-Kénogami (ROLK) pour le projet de la chapelle Saint-Cyriac, Sylvie Brassard.

Tout d’abord, c’est mercredi que le ROLK connaîtra le montant précis octroyé par Promutuel. Le projet avait été inscrit dans le cadre de l’initiative Au coeur de votre collectivité , qui vise à « soutenir financièrement des projets prometteurs imaginés par les organismes communautaires ou de charité du territoire de Promutuel du Lac au Fleuve », tel qu’expliqué sur le site Internet de l’entreprise. Au total, ce sont 200 000 $ qui seront répartis pour quelques dizaines de projets. Mme Brassard s’attend à ce que le projet reçoive un montant entre 3000 $ et 10 000 $.

Puis, jeudi, ce sera le tour du spectacle de la pianiste Jacinthe Dufour à 20 h, qui suivra un 5 à 7 bondé. Tous les billets, au coût de 100 $, ont d’ailleurs été vendus.

« Jeudi, c’est la Ville qui va l’annoncer, et pas nous. Nous, on va annoncer la campagne de financement qu’on a fait. On s’était engagés à trouver 10 0000 $ », a poursuivi Mme Brassard. Il y a fort à parier que la présence de la mairesse laisse présager une réponse positive.

Le ROLK demandait un montant de 300 000 $. Pour ce faire, Saguenay a récemment modifié son programme de rénovation des bâtiments patrimoniaux. Les changements font en sorte que la Ville pourra dorénavant participer financièrement à des projets à hauteur de 75 pour cent, pour un maximum de 300 000 $. Le comité avait de plus un appui de taille au conseil et au comité exécutif, alors que le conseiller municipal Jonathan Tremblay est président d’honneur de la campagne de financement. En entrevue, Mme Brassard a aussi tenu à souligner le travail qui avait été réalisé par l’ancienne conseillère de Lac-Kénogami Christine Boivin.