Kevin Armstrong a lancé sa campagne électorale à la Place Nikitoutagan, qu'il veut revaloriser.

Kevin Armstrong se lance dans le district #4

Le résidant de Laterrière Kevin Armstrong part à la recherche d'idées auprès des citoyens du district 4 à Jonquière, endroit où il est né et où il se présente comme candidat indépendant en vue des élections municipales le 5 novembre.
«J'ai grandi ici, j'ai étudié au cégep ici et j'ai cofondé mon entreprise dans le parc industriel à Jonquière. Je me sens chez moi ici», a expliqué l'aspirant conseiller en conférence de presse lundi matin, à la place Nikitoutagan.
Le lieu était sciemment choisi. La revalorisation de la place aux abords de la rivière aux Sables fait partie des dossiers que Kevin Armstrong a ciblés, tout comme le développement économique du centre-ville, la sécurité autour du Cégep de  Jonquière, la recherche d'une nouvelle vocation commerciale à la bâtisse de l'ancien Wal-Mart et la circulation sur la rue de Vienne. L'artère débouche maintenant sur la rue Saint-Hubert, près de la voie d'accès à l'autoroute 70, et le processus s'est fait avec une certaine opposition citoyenne.
«Peu importe la position de chacun dans ce dossier, je trouve qu'il a été mal travaillé. J'aurais employé une autre façon de faire», indique le détenteur d'un baccalauréat en chimie et d'une maîtrise en sciences de l'énergie et des matériaux.
Celui qui s'est beaucoup impliqué dans son milieu au fil des années croit que la partisanerie n'a pas sa place au conseil de ville. «Une bonne idée c'est une bonne idée, peu importe de qui elle vient. Je suis amèrement déçu de ce que j'ai vu sur la scène municipale. On vote des résolutions floues, mal écrites, comme si on fait exprès pour qu'il n'y ait pas de débat. Les citoyens sont mûrs pour du changement. Tous les conseillers devraient être indépendants à Saguenay et avoir pour mission de créer une ville meilleure», pense Kevin Armstrong.
Le candidat affronte dans le district l'élu sortant Réjean Hudon du Parti des citoyens de Saguenay, Christian Simard de l'Équipe du Renouveau démocratique et l'avocat Charles Cantin.