Nouveau chef NPD Jagmeet Singh et Karine Trudel

Karine Trudel plaide allégeance au NPD

Karine Trudel n’a pas du tout l’intention de virer capot et ferme complètement la porte à une candidature libérale.

La députée néo-démocrate de Jonquière, qui a été courtisée par la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, assure que c’est sous la bannière du NPD qu’elle terminera son mandat et qu’elle briguera à nouveau les suffrages l’an prochain.

La représentante de Jonquière à la Chambre des Communes a dû remettre les pendules à l’heure après que l’animateur de radio Bernard Drainville l’eut questionnée à ce sujet lundi. L’ex-député péquiste avait eu vent du fait que Karine Trudel avait pris un café avec Mélanie Joly au cours des derniers jours.

« Je ne voulais pas faire de nouvelle avec ça, mais j’ai répondu franchement aux questions de Bernard Drainville. Oui, j’ai été invitée par Mélanie Joly et j’ai accepté parce que nous avons beaucoup de dossiers sur lesquels nous travaillons ensemble, comme le Théâtre Palace Arvida. C’est également le cas pour d’autres collègues du Parlement. J’ai donc sauté sur l’occasion de la rencontrer, mais j’ai vite compris, par les questions qu’elle me posait, quels étaient ses motifs », a relaté Karine Trudel, au cours d’un entretien téléphonique.

Selon la députée, Mélanie Joly a rapidement demandé à la néo-démocrate si elle était toujours « bien » et « heureuse » au sein de son parti, ce à quoi Karine Trudel a répondu : « Tout à fait ! »

« Je n’ai pas tourné autour du pot. Je lui ai dit que l’intégrité était une valeur importante à mes yeux et que c’est avec le NPD que je voulais poursuivre mon engagement politique », enchaîne-t-elle.

Du même souffle, Karine Trudel réitère son désir de porter les couleurs du parti de Jagmeet Singh aux élections de 2019 et de continuer de faire partie de la « famille du NPD ».

Une courte rencontre
La rencontre entre les deux politiciennes n’a pas été très longue, rapporte Karine Trudel, qui dit avoir passé un moment cordial et agréable avec sa collègue parlementaire.

Mélanie Joly s’est aussi proposée pour organiser une réunion visant à asseoir Justin Trudeau et Karine Trudel autour d’une même table, une invitation qu’a poliment déclinée l’élue fédérale de Jonquière.

« C’est évidemment très flatteur de se faire courtiser de la sorte. Ce n’est pas la première fois que ça arrive. Il y a eu des rumeurs que j'avais été approchée pour joindre les couleurs de la Coalition Avenir Québec ou pour me présenter aux élections municipales. Je tiens à rassurer mes électeurs : je vais continuer de les représenter comme députée du NPD », a-t-elle affirmé.

Karine Trudel, ancienne présidente du Syndicat des postiers du Saguenay–Lac-Saint-Jean, a été élue lors des élections de 2015.

Palace Arvida: «Ça bloque à Québec»

Karine Trudel commence à trouver que Québec se traîne les pieds dans le dossier de la rénovation du Théâtre Palace Arvida.

Alors que les deux tiers du financement sont bouclés, avec les participations financières confirmées d’Ottawa et de Saguenay, le ministère de la Culture et des Communications du Québec n’a toujours pas officialisé sa subvention. En fait, une annonce a eu lieu l’été dernier, au cours de laquelle le ministre de l’époque, Luc Fortin, a annoncé une aide financière. 

Diffusion Saguenay a toutefois été sommée de refaire ses devoirs, puisque le dossier a été jugé incomplet par les fonctionnaires du ministère en début d’année. L’ensemble des documents, incluant de nouveaux rapports d’architectes et d’ingénieurs, est entre les mains du ministère. 

Les coûts ont augmenté d’environ 250 000 $, mais le conseiller municipal d’Arvida, Carl Dufour, s’est récemment montré très optimiste quant à la tenue d’une conférence de presse avant le début des vacances d’été. 

« J’ai très hâte que le projet puisse aller de l’avant. Malheureusement, ça bloque à Québec, et aucun montant d’argent n’a encore été annoncé pour venir combler ce qui a été annoncé par le fédéral et le municipal. Il faut que ça bouge ! », martèle Karine Trudel, qui s’est beaucoup investie dans ce dossier et à qui l’on peut attribuer le crédit pour l’octroi de l’enveloppe d’Ottawa.