En plus du temps déjà fait, Philippe Racine-Fortin a reçu une peine en collectivité de cinq mois et de 240 heures de travaux communautaires.

Vol qualifié: sans antécédent, il évite la prison

Sans antécédent judiciaire et ayant présenté un bon dossier de réhabilitation, Philippe Racine-Fortin, de Jonquière, évite de faire de la détention ferme malgré un vol qualifié, quatre introductions par effraction et des bris d’engagement.

L’individu de 25 ans écope d’une sentence de 10 mois de détention (qu’il a déjà purgé en détention préventive et à la suite d’une thérapie de neuf mois), d’une peine en collectivité de cinq mois et de 240 heures de travaux communautaires. L’accusation d’utilisation d’une fausse arme à feu a été retirée.

Racine-Fortin, Jean-Philippe Gagnon, Sarah-Jane Landry-Maltais et David Gilbert ont effectué une virée criminelle, en avril 2018, en braquant un dépanneur de Jonquière avec une fausse arme à feu et en s’introduisant par effraction dans trois commerces de Chicoutimi.

Au dépanneur, ils avaient notamment dérobé l’argent du tiroir-caisse et des billets de loterie. Mais le lendemain du larcin, Gilbert et Racine-Fortin se sont rendus dans d’autres dépanneurs pour réclamer des gains d’environ 100 $. Ils ont été filmés à visage découvert et ont pu être arrêtés rapidement.

Gagnon a reçu une sentence de deux années de pénitencier, Landry-Maltais devrait recevoir la sienne mardi, alors que Gilbert attend toujours son procès, lui qui pourrait être condamné à une peine variant entre six et huit ans de détention et pourrait être déclaré délinquant à contrôler.

Me Michaël Bourget, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), et Me Olivier Théorêt, de l’Aide juridique, ont soumis une suggestion commune au juge Michel Boudreault, de la Cour du Québec.

« Il s’agit d’une aventure commune entre quatre personnes et normalement les peines doivent être communes, mais jusqu’à un certain point. Il faut savoir que Gagnon et Gilbert ont des feuilles de route beaucoup plus garnies. Il faut donc faire la différence entre Racine-Fortin et les deux autres », a précisé Me Bourget.

L’accusé avait eu un parcours sans fautes à l’adolescence, jusqu’au jour où il a commencé la consommation de drogue. À un moment donné, il a eu besoin d’argent et est, comme grand amateur de musique, tombé sur le rappeur David Gilbert (quatre ans de pénitencier pour un vol à main armée à 18 ans et une récidive moins de quatre années plus tard).

Me Bourget a ajouté que la participation de Racine-Fortin au processus judiciaire, au fait qu’il a admis que Gilbert se trouvait sur les lieux du crime et que celui-ci tenait la fausse arme (preuves vidéo à l’appui aussi), la thérapie complétée de neuf mois et sa volonté de se reprendre en main ont penché en faveur d’une suggestion commune.

« Mon client est un amoureux de la musique et cela l’a amené à connaître David Gilbert. Il a été entraîné dans le monde de la drogue et ils ont vite manqué d’argent. M. Racine-Fortin a un fort potentiel, mais il demeure fragile à la consommation. Il a une chance de se reprendre », a soumis Me Théorêt.

Avant de recevoir sa peine, Racine-Fortin a exprimé au juge Boudreault sa volonté d’écrire une lettre d’excuse à l’employée du dépanneur qui a été victime du vol qualifié, surtout qu’il est convaincu qu’elle a été traumatisée par cette affaire.

« En ce qui me concerne, j’ai assez perdu de temps dans ma vie avec cette mauvaise période. Si vous me faites confiance, je peux vous jurer que je ne remettrais pas les pieds ici. J’ai fait des erreurs et je ne serai jamais fier d’avoir été criminel », a indiqué Racine-Fortin.

« Je suis stressé aujourd’hui. À l’époque, je ne l’étais pas, car ça m’a pris une à deux semaines, après avoir été envoyé en prison, pour dégeler et me rendre un peu compte de ce qui s’était passé », a ajouté l’accusé.

Le juge Boudreault a entériné la suggestion commune et a souhaité bonne chance à l’accusé, lui rappelant qu’un bris de probation le ramènera devant le tribunal.

« Vous avez une chance de vous reprendre », a conclu le magistrat.