La souffleuse volée est semblable à cette dernière.

Vol d’une souffleuse à la Maison de soins palliatifs

La Maison de soins palliatifs du Saguenay a été victime d’un cambriolage dans la nuit de dimanche à lundi. Bien que le vol d’une souffleuse d’une valeur d’environ 2200$ et d’un coupe-bordures semble banal à première vue, il crée un fardeau financier malvenu pour l’organisme sans but lucratif.

«Tous les sous comptent», résume le directeur général Jean-Pierre Simard, rencontré vendredi après-midi.

Le vol s’est produit dans une remise cadenassée et située à quelques pas de la nouvelle bâtisse construite sur la rue Deschênes à Jonquière, où logent une douzaine de patients en fin de vie. La section de l’établissement avoisinant la remise est cependant inoccupée après le souper. Les employés n’ont pas remarqué qu’un malfaiteur était en train de s’emparer de la souffleuse orange de marque Ariens, achetée neuve en 2017.

Une plainte a été déposée au Service de police de Saguenay. Les citoyens sont invités à se méfier si on leur propose une aubaine pour une souffleuse de ce genre, sur les sites de petites annonces par exemple.

Dans l’immédiat, les dommages sont limités pour l’organisme, puisqu’un déneigeur est déjà engagé pour l’hiver. «La souffleuse nous aurait surtout servi à enlever la neige devant les fenêtres des locaux au sous-sol, explique M. Simard. Ces pièces nous servent de rangement pour l’instant, mais il faudrait qu’elles soient dégagées si on voulait y organiser des activités. Je me vois mal demander à des bénévoles d’aller pelleter...»

Une réclamation à la compagnie d’assurances n’est pas non plus envisageable. «Ce serait une première réclamation, mais la franchise est de 1000$. Et si jamais on a un problème important plus tard cette année et qu’on doit faire une autre réclamation, la prime serait beaucoup trop augmentée au renouvellement pour que ça en vaille la peine», analyse le directeur général.

La situation a ému des centaines d’internautes sur les réseaux sociaux. «Les gens ne comprennent pas pourquoi on a pu voler un organisme sans but lucratif. Mais je comprends jusqu’à un certain point: certains volent leur père ou leur mère pour moins que ça», se désole Jean-Pierre Simard.

La Maison de soins palliatifs du Saguenay est par ailleurs en pleine campagne de financement annuelle.

Le directeur général Jean-Pierre Simard déplore le fardeau supplémentaire que le vol cause à la Maison de soins palliatifs du Saguenay.