L'homme a été retracé par les policiers en raison des traces laissées dans la neige.

Vol de voiture, excès de vitesse et fuite

Olivier Côté, de Saint-Honoré, doit faire face à des accusations de vol de voiture, de bris de probation et de fuite des policiers. Il pourrait devoir aussi payer une contravention salée pour avoir roulé à 140 kilomètres à l’heure dans une zone de 70 km/h.

L’individu de 20 ans a brièvement comparu, jeudi matin, devant la juge Sonia Rouleau, de la Cour du Québec, pour entendre les accusations déposées par Me Mariane Girard, du bureau du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP). 

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté.

Le chauffard, dont les intérêts sont représentés par Me Luc Tourangeau, aurait dérobé un véhicule sur les terrains de la multinationale de l’aluminium, Rio Tinto, jeudi en début de soirée. 

Les policiers de la Sécurité publique de Saguenay ont tenté de l’intercepter alors qu’il circulait à très haute vitesse sur le boulevard du Saguenay, à Jonquière. 

Côté a bien tenté de se sauver, mais il a perdu la maîtrise du véhicule et sa course s’est terminée dans un fossé. Rapidement, il est sorti du camion et a pris la fuite à pied.

Les patrouilleurs ont été en mesure de le retrouver en raison des traces laissées dans la neige.

Olivier Côté avait réglé divers dossiers il y a quelques mois et se trouvait en attente de procès dans d’autres affaires.

Fraudes

Dans un autre ordre d’idées, Maxime Gingras, un individu de 23 ans de la rue Lavallée à Jonquière, a mis un terme à sa liberté en étant pris au volant d’un véhicule obtenu par la fraude.

L’homme, qui est représenté par Me Jean-François Têtu, faisait l’objet d’un avis de recherche par le tribunal pour avoir précédemment fraudé et volé trois personnes par le biais de petites annonces. 

Gingras s’est procuré un véhicule Saturn SL 2002, un Chevrolet Cobalt 2009 et un Mazda 62 006 de manière frauduleuse. Il est accusé du vol de ces trois véhicules et par le fait même de trois fraudes de moins de 5000 $. 

Et comme il était en liberté pour d’autres dossiers, il a été accusé de trois bris de probation.

Me Mariane Girard a déposé une nouvelle accusation de vol de véhicule, cette fois-ci une Acura, à bord de laquelle Gingras a été arrêté mercredi après-midi. 

Lors de son arrestation, il a voulu se faire passer pour une autre personne, d’où une accusation de supposition de personne.

Propos racistes

Par ailleurs, Luke Tremblay fait face à des accusations de mauvais entreposage d’une arme à feu et de propos racistes envers des collègues de travail.

Le Chicoutimien, un quinquagénaire, œuvre comme concierge dans un hôtel de Chicoutimi depuis plus de 25 ans. 

Samedi, alors qu’il se trouve à la cuisine, un employé lui fait remarquer que l’évier semble bouché. 

Après avoir tenu un propos raciste envers l’homme d’une autre ethnie, Tremblay a indiqué qu’il était pour aller chercher une arme à feu chez lui et venir régler le problème, de l’évier bouché, une fois pour toutes. 

Il aurait indiqué vouloir mettre son uniforme nazi et remplir son arme à feu de munitions.

Selon les informations obtenues, il arrivait à Tremblay de tenir des propos inappropriés envers ses collègues de travail, mais il n’allait jamais plus loin.

Les commentaires semblaient être tolérés. 

Du moins jusqu’à samedi dernier. Cette fois-ci, les employés et les dirigeants de l’établissement hôtelier ont convenu qu’il était probablement allé trop loin.

Les propos de Tremblay, qui est représenté par Me Julien Boulianne, se sont rendus aux oreilles du gérant de l’hôtel qui en a fait part au responsable des ressources humaines.

Une plainte a été portée à la police de Saguenay.

Les agents ont perquisitionné le domicile de Tremblay et ont découvert une arme mal entreposée que l’accusé avait obtenue alors qu’il était chez les scouts.

Sans antécédent judiciaire, l’homme a pu recouvrer sa liberté en attendant la suite des procédures.